Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

De manière générale

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Petit mammifère à fourrure de l’ordre des lagomorphes, à queue courte et à longues oreilles. Le lapin appartient à la même famille que le lièvre, mais ses pattes arrière et ses oreilles sont plus courtes. L’espèce sauvage est représentée par le lapin de garenne, dont sont issues toutes les espèces domestiques. Celles-ci sont plus grosses et plus dodues que leurs homologues sauvages. Les lapins sont appréciés aussi bien pour leur viande que pour leur fourrure.

Comportement et reproduction

Les lapins, qui sont de mœurs plutôt nocturnes, sont herbivores. Ils se nourrissent de plantes herbacées, de graminées, d’écorce, etc. Capables de détruire entièrement certaines plantations, ils sont parfois de véritables fléaux pour l’agriculture.

Les lapins sont des animaux prolifiques. La gestation dure environ un mois . La femelle du lapin de garenne peut donner naissance, dans l’année, à trois, quatre ou cinq portées d’environ six petits. Chez certaines espèces domestiques, le nombre de portées peut aller jusqu’à huit, chacune comptant douze lapereaux. Les jeunes naissent aveugles, dépourvus de fourrure et incapables de se déplacer. Chez les lapins sauvages, la mise bas a lieu dans un terrier, la rabouillère, tapissé de brindilles et de poils, et séparé du terrier d’habitation. Après la mise bas, la femelle laisse ses petits dans la rabouillère pour rejoindre le terrier du couple, tout en revenant les allaiter la nuit pendant quelque temps. Les lapereaux atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de six mois.

Lapin de garenne

Issu du sud de l’Europe, le lapin de garenne s’est ensuite répandu sur tout le continent, ainsi qu’en Afrique du Nord. Il mesure environ 40 cm pour un poids de 2 kg. Il vit dans les garrigues, les landes, les collines couvertes de buissons ras, etc. Il creuse des terriers et montre une certaine forme de sociabilité, car les galeries des différents terriers communiquent!; c’est ce que l’on appelle une garenne. Lorsqu’il pressent un danger, le lapin s’enfuit en zigzagant, et peut faire des pointes à environ 40 km/h.

Le lapin de garenne a été introduit en Amérique du Sud, à Java, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans diverses îles océaniques. Son abondance actuelle en Australie et en Nouvelle-Zélande est un exemple frappant de sa capacité à envahir un territoire. Sept lapins furent initialement lâchés, apparemment vers 1860, près d’Invercargill. Ils s’étendirent rapidement à toute la Nouvelle-Zélande, puis à l’Australie. Ils se multiplièrent à un tel rythme que le contrôle de leur population posa un sérieux problème. En effet, non seulement ils étaient nuisibles aux cultures, mais leur prolifération se faisait au détriment d’herbivores locaux. On introduisit alors en Australie, en 1951, le virus de la myxomatose, mortel pour les lapins, afin de réduire leurs effectifs. Ce projet ne fut couronné de succès que dans les zones assez humides pour assurer la reproduction des moustiques, vecteurs du virus. Malheureusement, l’épidémie de myxomatose s’étendit à l’Europe, décimant des lapins en France, en Grande-Bretagne et en Belgique.

Le lapin de Floride, introduit en France dans les années 1950, ressemble beaucoup au lapin de garenne, mais son corps est plus trapu, et sa queue en forme de panache.

Lapins domestiques

Il existe au moins 66 variétés de lapins domestiques. Ils mesurent en général 60 cm et pèsent 5 kg, mais le géant des Flandres, par exemple, peut atteindre 80 cm et 8 kg. Le lapin domestique possède des caractéristiques extrêmement variées. Il peut arborer n’importe quelle couleur ou mélange de couleurs, du blanc pur au noir uniforme!; son pelage peut être composé de poils très courts à longs, soyeux ou non!; ses oreilles peuvent être dressées, petites et très raides, ou tombantes et larges, touchant le sol.

Les lapins domestiques s’avertissent mutuellement des dangers en frappant le sol de leurs pattes de derrière. Ils sont élevés comme animaux de compagnie, mais aussi pour les expériences en laboratoire dans le cadre de recherches en biologie, et enfin, pour leur chair et leur fourrure.

Certaines races sont élevées pour leur fourrure, comme le lapin angora ou le lapin argenté, d’autres pour leur viande. C’est le cas du géant des Flandres, du lapin bélier, du roux de Bourgogne ou du lapin belge.

Classification :

Les lapins forment, avec les lièvres, la famille des Léporidés, qui appartient à l’ordre des Lagomorphes. Le lapin de garenne a pour nom latin Oryctolagus cuniculus, le lapin de Floride Sylvilagus floridanus.


Origines

Le lapin commun (Oryctogalus cuniculus domesticus) est un mammifère rongeur qui appartient à l'ordre des Lagomorphes. Il y a plusieurs milliers d'années, le lapin sauvage ou lapin de garenne (Oryctogalus cuniculus) proliférait en Espagne et sur la côte du Midi méditerranéen. La péninsule ibérique lui doit son nom car les Phéniciens, en confondant le lapin avec le daman, le baptisèrent "i-shephan-im", la " Terre à damans" vers 1100 avant Jésus-Christ. Les Romains ont diffusé son élevage dans leur empire, notamment en France. Ce sont des moines du Sud de la France qui ont véritablement domestiqué le lapin au Moyen-Age pour pouvoir le consommer lors des périodes de jeûne. Depuis la France est devenue un pays traditionnellement producteur de lapins.

Les caractères du lapin

A l'état sauvage, il vit en sociétés hiérarchisées d'une dizaine d'individus dans des terriers souterrains creusés collectivement et gardés par un guetteur. C'est un petit animal craintif, adapté au saut et à la course. Le lapin possède une ouïe et un odorat très bien développés. Dans la nature, ses mœurs sont essentiellement nocturnes. Il s'apprivoise facilement et devient très familier dans les élevages.

Les races

Les races de lapin dont les standards ont été définis par la Fédération française de cuniculture, proviennent des souches domestiqués à partir des populations sauvages qui peuplaient la partie occidentale de la Méditerranée. La plupart d'entres elles ont été obtenues par sélection à partir du XVII ème siècle. On dénombre environ 50 races pures dont une douzaine a des effectifs notables. Le lapin est une des rares espèces domestiquées à ne compter aucune race disparue, grâce au travail passionné d'amateurs et d'associations qui toutes maintiennent intactes les races régionales.