Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Les troubles génitaux

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Les troubles génitaux dus à des maladies infectieuses spécifiques (salmonellose, listériose, toxoplasmose, syphilis) sont assez rares. Plus souvent, ils résultent de la localisation génitale d'une staphylococcie ou surtout d'une pasteurellose.

En fait, les problèmes de stérilité les plus fréquents, qui se traduisent par des refus d'accouplement ou des saillies non fécondantes, sont d'origine physiologique.

Les traitements à base d'hormones, de vitamines ou de minéraux sont généralement décevants. Par contre, les troubles peuvent être atténués, sinon supprimés, en prenant un certain nombre de mesures:

Application d'une technique de reproduction éprouvée, qui tient compte de la période de mise en service des reproducteurs, de leur âge ou de leur poids lors de la première saillie, du nombre de femelle par mâle, du lieu de la saillie, de la date de palpation des femelles, etc.

Alimentation rationnelle permettant de satisfaire les besoins de production tout en évitant un engraissement excessif.

Présentation au mâle le jour de la mise bas, afin de diminuer le pourcentage des refus.

Maintien d'une température inférieure à 18-20° en été, de façon à ne pas réduire la spermatogénèse chez les mâles.

Utilisation d'un programme d'éclairement artificiel, permettant de limiter la réduction d'activité sexuelle des femelles, que l'on observe quand la durée d'éclairement naturel diminue.

Élimination des lapines dont les performances ne sont pas satisfaisantes, comme, par exemple, le refus de saillie lors des sept présentations quotidiennes successives, ou plusieurs palpations consécutives négatives (2 à 3 de décembre à juin et 4 à 5 de juillet à novembre).

Lutte contre les maladies infectieuses ou parasitaires, tout en évitant les traitements systématiques et prolongés, ainsi que les interventions sur les femelles en fin de gestation.