Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Les loups hurlaient

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Le souper annuel

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

 Auteur : Michèle Joubert


Les loups hurlaient au loin.


C'était un temps à ne pas mettre un chien dehors. Le vent mugissait dans les grands arbres, la pluie cognait aux fenêtres.


 

- Il va bientôt neiger, dit le grand-père en se levant pour attiser le feu dans la cheminée. Le ciel est bas.


Les nuages noirs qui avaient roulé tout l'après-midi dans le ciel, s'unifiaient pour former un plafond gris qui allait jusqu'au Bois des Chanteurs.



Les loups hurlaient.


 

- Ecoute-les là-bas, dit encore le grand-père. Le premier chien qui passe à leur portée n'en sortira pas vivant.


Dans la grange, Vaillant tirait sur sa chaîne.


- Grand-père, est-ce que tu as bien fermé la grange ? demanda Yohann.

- Mais oui, mon garçon. Et si le vent l'ouvre, dis-toi bien que le chien ne peut pas sortir, je l'ai attaché.


Les loups hurlaient.


- Et si les loups venaient, grand-père, et rentraient dans la grange.

- Allons donc! Ils ne s'approchent pas des maisons!


Le jour finissait, la nuit arrivait, assombrissant les coins de la pièce. Les ombres sur les murs dansaient au rythme du feu de la cheminée, se modelant en formes bizarres. Il y en avait une surtout, plus sombre que les autres, qui grandissait plus vite, se faisait et se défaisait davantage. Yohann avait l'œil dessus.


Il entendit vaguement son grand-père lui parler du téléphone portable posé sur la table… "Ca m'intéresse d'en avoir un mais j'aurai besoin de toi pour le choisir."


Le temps qu'ils échangent ces quelques mots, et la tache d'ombre sur le mur avait encore grossi. Petit mastodonte de maquette, elle faisait à présent le gros dos comme pour mieux fixer le regard de Yohann. L'aventure commençait.


- T'aimes ça, hein, les grandes flambées! Bouge pas, je vais t'en faire une de tous les enfers!


C'était parti, comme à chaque vacance ici depuis le plus jeune âge de Yohann.


Est-ce que le grand-père avait compris le cinéma privé de son petit-fils? Rien n'est moins sûr, mais il avait au moins compris que sa cheminée était importante pour lui – même l'été quand les parents rouspétaient d'avoir trop chaud. "Tu vas nous faire griller un jour avec ton fichu feu!".


Le mastodonte s'allongea d'un coup sous la poussée d'une flamme ; on était en plein morphing. Et si Yohann n'était pas aux commandes comme sur l'ordinateur, du moins était-il aux commandes de son imagination… superbe interactivité!


Des petites ombres qui ondulaient sous le mastodonte s'étirèrent pour lui donner cinq pattes. Sur son dos, une crête se forma, issue des petites tâches serrées qui dansaient autour.


"Si le cou s'allonge, j'en fais un dragon!" pensa Yohann.


Mais c'est la tête qui se forma, rectangulaire et longue comme celle d'un loup. La queue ne semblait pas vouloir venir, mais patience…


Dehors, les loups hurlaient.


"J'ai mon monstre, se dit Yohann, voyons pour le décor".


Des petites taches noires sorties des ténèbres de la terre se rangeaient autour du mastodonte. Il en arrivait de partout. Plus loin, sur la droite, une autre tache prenait peu à peu une forme humaine – le héros se préparait.



"S'il a une épée, j'en fais un héros venu des temps immémoriaux pour combattre le monstre des forces chthoniennes. S'il a un engin, il sera celui qui le combattra par ses pouvoirs électromagnétiques."


Des pattes poussèrent aux petits envahisseurs, des queues fouettèrent l'air, des griffes sortirent. Ce fut une meute qui se regroupa sous le commandement du monstre. Le site entier s'embrasa d'une teinte orange, un feu sortit des entrailles de la terre.


Yohann regarda vers le super héros – il était en route, sa cape flottant au-dessus de son engin. Devant lui, la meute de loups hurlait autour de leur chef, énorme, hérissé d'une dorsale coupante comme mille rasoirs.


A l'horizon, une cité dessina ses tours jusqu'au ciel. Le quadrillage de ses rues grouillait de fourmis humaines. On entendait des sirènes, des gyrophares perçaient la nuit, des hélicos tournaient, petits points brillants au sommet des tours.


Le monstre s'ébranla vers la cité en soulevant des gerbes de feu sous ses pas. Le héros fendit l'air à la vitesse de la lumière pour lui barrer la route. L'air résonnait des mille crépitements de l'incendie.


Une voix qui lui parut énorme, fit sursauter Yohann:


- Qu'est ce que tu voudras manger ce soir ?… Ah! tu rêves encore!

- Mais non grand-père, les rêves c'est pendant le sommeil. Moi je suis réveillé, les deux pieds dans la réalité!

- Ah! Ca serait pas votre fameuse réalité virtuelle, des fois?


Le monstre s'était arrêté, la tête lourde et basse se balançant devant le super héros.


- Ôte-toi de mon chemin!

- Tu ne passeras pas Rodak! La cité ne fait pas partie de ton territoire!

- La conquête est inscrite dans mes gènes. Ainsi en ont décidé les Suprêmes d'En-dessous à ma naissance. Ni vos dieux ni tes misérables pouvoirs ne m'empêcheront de réaliser mon destin. Ôte-toi de mon chemin!

- Il faudra me vaincre pour ça!


Un rugissement de Rodak lança la meute de loups en avant. Le héros s'entoura aussitôt d'un champ électrique répulsif contre lequel butta violemment la meute.


Durant cette attaque de diversion, Rodak s'était approché du héros, une énorme patte levée dessus. Au moment où les griffes meurtrières s'abattaient, deux éclairs flashèrent. La patte se figea, paralysée.


- A ta place, j'abandonnerais! lui cria le héros.


Alors, poussant sur ses énormes épaules, le monstre trouva la force de s'arracher pour échapper à la paralysie qui le neutralisait. Sa gueule écumait sous l'incroyable effort, ses rugissements emplissaient l'air d'ondes violentes qui firent vaciller le héros.


Autour, les loups hurlaient, hurlaient!


- Je suis né dans une dimension alternative, tu ne peux rien contre moi! rugit Rodak en se métamorphosant.


Il devint une pieuvre rouge géante, armée de cinq tentacules sur lesquelles le héros déchargea des rafales optiques.

Aplati au sol, Rodak répliqua en lançant des jets synthézoïdes.


Brusquement, une gerbe d'étincelles gigantesques traversa le champ de bataille comme une explosion.


 

- Sacré bon sang, la bûche a roulé en dehors de la cheminée! cria le grand-père. Remet-là vite dedans pendant que je vais chercher la balayette!


En courant vers la cheminée, Yohann vit que le portable posé sur la table avait pris feu. Mais il s'occupa d'abord de la bûche qui commençait de brûler le sol. Quand il se retourna, le portable avait disparu.


"J'ai dû rêver!" se dit Yohann trop brutalement sorti de son histoire.


Il jeta un regard en haut du mur. La chute de la bûche avait éparpillé les ombres dans un paysage d'enfer, mais Rodak était toujours là, énorme tache métamorphosée en monstre à tête de dragon et au corps techno-organique.


A ses côtés, les petits loups s'étaient multipliés en une meute gigantesque qui encerclait le super-héros. Dans une seconde ils feraient craquer son champ répulsif sous leur nombre, dans une seconde, ils commenceraient leur curée.


- Tiens bon! cria Yohann au héros.


C'est à ce moment-là qu'il le vit utiliser un portable. Aussitôt, deux super héros arrivèrent à son secours. L'un balaya la meute d'une rafale optique, l'autre aspira de son pouvoir magnétique l'énergie qui transcendait Rodak.



Vaincu, l'ennemi s'enfuit.


- Ah, c'est pas vrai! rouspéta le grand-père qui revenait avec la balayette. La bûche a brûlé le parquet! Elle a raison ta mère, un jour je vais mettre le feu à la baraque à force de vouloir de faire plaisir!


Il poussait les cendres dans la pelle en hochant la tête.



- Tiens, ajouta-t-il, ça clignote sur ton portable… Ca serait pas pour avertir que tu as un message?


Yohann se retourna… le téléphone était revenu sur la table!



Il se brûla la main en l'attrapant tant il était chaud. A distance prudente de son oreille, il écouta le message. Une énorme voix disait : "Je suis Rodak et je reviendrai bientôt."