Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Le prince Tity

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont


Il y avait une fois un roi, nommé Guinguet, qui était fort avare. Il voulut se marier ; mais il ne se souciait pas d'avoir une belle princesse, il voulait seulement qu'elle eût beaucoup d'argent, et qu'elle fût plus avare que lui. Il en trouva une, telle qu'il la souhaitait. Elle eut un fils qu'on nomma Tity, et une autre année, elle eut encore un autre fils, qu'on nomma Mirtil. Tity était bien plus beau que son frère, mais le roi et la reine ne le pouvaient souffrir, parce qu'il aimait à partager tout ce qu'on lui donnait avec les autres enfants, qui venaient jouer avec lui. Pour Mirtil, il aimait mieux laisser gâter ses bonbons, que d'en donner à personne : il enfermait ses jouets, crainte de les user, et quand il tenait quelque chose dans sa main, il la serrait si fort, qu'on ne pouvait la lui arracher, même pendant qu'il dormait. Le roi et sa femme étaient fous de cet enfant, parce qu'il leur ressemblait. Les princes devinrent grands, et de peur que Tity ne dépensât son argent, on ne lui donnait pas un sol. Un jour que Tity était à la chasse, un de ses écuyers qui courait à cheval passa auprès d'une vieille femme et la jeta dans la boue : la vieille criait qu'elle avait la jambe cassée ; mais l'écuyer n'en faisait que rire. Tity, qui avait un bon coeur, gronda son écuyer, et s'approchant de la vieille avec l'Eveillé qui était son page favori, il aida à la vieille à se relever, et l'ayant prise chacun par un bras, ils la conduisirent dans une petite cabane, où elle demeurait. Le prince alors fut au désespoir de n'avoir point d'argent pour donner à cette femme :


« A quoi me sert-il d'être prince, disait-il, puisque je n'ai pas la liberté de pouvoir faire du bien ? Il n'y a de plaisir à être un grand seigneur, que parce qu'on a le pouvoir de soulager les misérables. »


L'Eveillé, qui entendit parler le prince ainsi, lui dit :


« J'ai un écu pour tout bien et il est à votre service.


- Je vous récompenserai, quand je serai roi, dit Tity ; j'accepte votre écu pour donner à cette pauvre femme. »


Tity étant retourné à la cour, la reine le gronda de ce qu'il avait aidé à cette pauvre femme à se relever.


« Le grand malheur quand cette vieille femme serait morte ! dit-elle à son fils (car les avares sont impitoyables), il fait beau voir un prince s'abaisser jusqu'à secourir une misérable gueuse !


- Madame, lui dit Tity, je croyais que les princes n'étaient jamais plus grands, que quand ils faisaient du bien.


- Allez, lui dit la reine, vous êtes un extravagant avec cette belle façon de penser. »


Le lendemain, Tity fut encore à la chasse ; mais c'était pour voir comment cette femme se portait. Il la trouva guérie, et elle le remercia de la charité qu'il avait eue pour elle.


« J'ai encore une grâce à vous demander, lui dit-elle, j'ai des noisettes et des nèfles qui sont excellentes, je vous prie de me faire la grâce d'en manger quelques-unes. »


Le prince ne voulut pas refuser cette bonne femme, de crainte qu'elle ne crût que c'était par mépris ; il goûta donc ces noisettes et ces nèfles, et il les trouva excellentes.


« Puisque vous les trouvez si bonnes, dit la vieille, faites-moi le plaisir d'emporter le reste pour votre dessert. »


Pendant que la vieille disait cela, une poule qu'elle avait se mit à chanter, et la vieille pria le prince de si bonne grâce d'emporter aussi cet oeuf, qu'il le prit par complaisance ; mais en même temps, il donna quatre guinées à la vieille, car l'Eveillé lui avait donné cette somme, qu'il avait empruntée à son père, qui était un gentilhomme de campagne. Quand le prince fut à son palais, il commanda qu'on lui donnât l'oeuf, les nèfles et les noisettes de la bonne femme pour son souper mais quand il eut cassé l'oeuf, il fut bien étonné de trouver dedans un gros diamant; les nèfles et les noisettes étaient aussi remplies de diamants. Quelqu'un fut dire cela à la reine, qui courut à l'appartement de Tity, et qui fut si charmée de voir ces diamants, qu'elle l'embrassa et l'appela son cher fils pour la première fois de sa vie.


« Voulez-vous bien me donner ces diamants ? dit-elle à son fils.


- Tout ce que j'ai est à votre service, lui dit le prince.


- Allez, vous êtes un bon garçon, lui dit la reine, je vous récompenserai. »


Elle emporta donc ce trésor, et elle envoya au prince quatre guinées, pliées bien proprement dans un petit morceau de papier. Ceux qui virent ce présent voulurent se moquer de la reine, qui n'était pas honteuse d'envoyer quatre guinées pour des diamants, qui valaient plus de cinq cent mille guinées ; mais le prince les chassa hors de sa chambre, en leur disant qu'ils étaient fort bien hardis de manquer de respect à sa mère. Cependant la reine dit à Guinget, « apparemment que cette vieille, que Tity a relevée, est une grande fée, il faut l'aller voir demain ; mais au lieu d'y mener Tity, nous mènerons son frère, car je ne veux pas qu'elle s'attache trop à ce benêt, qui n'a pas eu l'esprit de garder ses diamants ». En même temps, elle ordonna qu'on nettoyât les carrosses, et qu'on louât des chevaux ; car elle avait fait vendre ceux du roi, parce qu'il coûtaient trop a nourrir. On fit emplir deux de ces carrosses de médecins, chirurgiens, apothicaires, et la famille royale se mit dans l'autre. Quand ils furent arrivés à la cabane de la vieille, la reine lui dit qu'elle venait lui demander excuse de l'étourderie de l'écuyer de Tity. « C'est que mon fils n'a pas l'esprit de choisir de bons domestiques, dit-elle à la bonne femme ; mais je le forcerai de chasser ce brutal. » Ensuite, elle dit à la vieille qu'elle avait mené avec elle les plus habiles gens de son royaume pour guérir son pied. Mais la bonne femme lui dit que son pied allait fort bien, et qu'elle lui était obligée de la charité qu'elle avait, de visiter une pauvre femme comme elle.


« Oh, vraiment, lui dit la reine, nous savons bien que vous êtes une grande fée, car vous avez donné au prince Tity une grande quantité de diamants.


- Je vous assure, madame, dit la vieille, que je n'ai donné au prince qu'un oeuf, des nèfles et des noisettes, j'en ai encore au service de Votre Majesté.


- Je les accepte de bon coeur », dit la reine, qui était charmée de l'espérance d'avoir des diamants.


Elle reçut le présent, caressa la vieille, la pria de la venir voir, et tous les courtisans, à l'exemple du roi et de la reine, donnèrent de grandes louanges à cette bonne femme. La reine lui demanda, quel âge elle avait.


" J'ai soixante ans, répondit-elle.


- Vous n'en paraissez pas quarante, dit la reine, et vous pouvez encore vous marier, car vous êtes fort aimable."


Le prince Mirtil, qui était fort mal élevé, se mit à rire au nez de la vieille à ce discours, et lui dit qu'il aurait bien du plaisir de danser à sa noce : mais la bonne femme ne fit pas semblant de voir qu'il se moquait d'elle. Toute la cour partit, et la reine ne fut pas plutôt arrivée dans son palais, qu'elle fit cuire l'oeuf, et cassa les noix et les nèfles ; mais au lieu de trouver un diamant dans l'oeuf, elle n'y trouva qu'un petit poulet, et les noix et les nèfles étaient pleines de vers. Aussitôt, la voilà dans une colère épouvantable. " Cette vieille est une sorcière, dit-elle, qui a voulu se moquer de moi, je veux la faire mourir. " Elle assembla donc les juges pour faire le procès à la vieille femme, mais l'Eveillé, qui avait entendu tout cela, courut à la cabane, pour lui dire de se sauver.


« Bonjour, le page aux vieilles », lui dit-elle ; car on lui avait donné ce nom, depuis qu'il avait aidé à la tirer de la boue.


« Ah ! ma bonne mère, lui dit l'Eveillé, hâtez vous de vous sauver dans la maison de mon père ; c'est un très honnête homme, il vous cachera de bon coeur ; mais, si vous demeurez dans votre cabane, on enverra des soldats pour vous prendre, et vous faire mourir.


- Je vous ai bien de l'obligation, lui dit la vieille mais je ne crains point la méchanceté de la reine. »


En même temps, quittant la forme d'une vieille, elle parut à l'Eveillé sous la figure naturelle, et il fut ébloui de sa beauté. L'Eveillé voulait se jeter à ses pieds ; mais elle l'en empêcha, et lui dit :


« Je vous défends de dire au prince, ni à personne au monde, ce que vous venez de voir ; je veux récompenser votre charité : demandez-moi un don.


- Madame, lui dit l'Eveillé, j'aime beaucoup le prince mon maître, et je souhaite de tout mon coeur de lui être utile; ainsi, je vous demande d'être invisible quand je le souhaiterai, afin de pouvoir connaître quels sont les courtisans qui aiment véritablement mon prince.


- Je vous accorde ce don, reprit la fée ; mais il faut encore que je paye les dettes de Tity : n'a-t-il pas emprunté quatre guinées à votre père ?


- Il les a rendues, reprit l'Eveillé ; il sait bien qu'il est honteux aux princes, de ne pas payer leurs dettes ; ainsi, il m'a remis les quatre guinées que la reine lui a envoyées.


- Je sais bien cela, dit la fée ; mais je sais aussi que le prince a été au désespoir de ne pouvoir rendre davantage ; car il sait qu'un prince doit récompenser noblement, et c'est cette dette que je veux payer. Prenez cette bourse qui est pleine d'or, et portez-la à votre père : il y trouvera toujours la même somme, pourvu qu'il n'y prenne que pour faire de bonnes actions. »


En même temps, la fée disparut, et l'Eveillé fut porter cette bourse à son père, auquel il recommanda le secret. Cependant, les juges, que la reine avait assemblés pour condamner la vieille, étaient fort embarrassés, et ils dirent à cette princesse :


« Comment voulez-vous que nous condamnions cette bonne femme, elle n'a point trompé Votre Majesté ; elle lui a dit, "je ne suis qu'une pauvre femme et je n'ai pas de diamants".


La reine se mit fort en colère, et leur dit :


« Si vous ne condamnez pas cette malheureuse qui s'est moquée de moi, et qui m'a fait dépenser inutilement beaucoup d'argent pour louer des chevaux, et payer des médecins, vous aurez sujet de vous en repentir. »


Les juges pensèrent en eux-mêmes, la reine est une très méchante femme ; si nous lui désobéissons, elle trouvera le moyen de nous faire périr ; il vaut mieux que la vieille périsse que nous. Tous les juges condamnèrent donc la vieille à être brûlée toute vive, comme une sorcière. Il n'y en eut qu'un seul qui dit qu'il aimerait mieux être brûlé lui-même, que de condamner une innocente. Quelques jours après, la reine trouva des faux témoins, qui dirent que ce juge avait mal parlé d'elle ; on lui ôta sa charge, et il allait être réduit à demander l'aumône avec sa femme et ses enfants ; mais l'Eveillé prit une grosse somme dans la bourse de son père, et la donnant à ce juge, il lui conseilla de passer dans un autre pays. Cependant l'Eveillé se trouvait partout, depuis qu'il pouvait se rendre invisible : il apprit beaucoup de secrets ; mais comme c'était un honnête garçon, jamais il ne rapportait rien qui pût faire mal à personne, excepté ce qui pouvait servir à son maître. Comme il allait souvent dans le cabinet du roi, il entendait que la reine disait à son mari :


« Ne sommes-nous pas malheureux, que Tity soit l'aîné ? Nous amassons beaucoup de trésors qu'il dissipera aussitôt qu'il sera roi ; et Mirtil qui est bon ménager, au lieu de toucher à ces trésors, les aurait augmentés ; n'y aurait-il pas moyen de le déshériter ?


- I1 faudra voir, lui répondit le roi, et si nous ne pouvons y réussir, il faudra enterrer ces trésors, crainte qu'il ne les dissipe. »


L'Eveillé entendait aussi tous les courtisans, qui, pour plaire au roi et à la reine, leur disaient du mal de Tity, et louaient Mirtil, puis au sortir de chez le roi, ils venaient chez le prince, et lui disaient qu'ils avaient pris son parti devant le roi et la reine ; mais le prince, qui savait la vérité par le moyen de l'Eveillé, se moquait d'eux dans son coeur, et les méprisait. Il y avait à la cour quatre seigneurs qui étaient fort honnêtes gens ; ceux-là prenaient le parti de Tity, mais ils ne s'en vantaient pas ; au contraire, ils l'exhortaient toujours à aimer le roi et la reine, et à leur être obéissant. Il y avait un roi voisin qui envoya des ambassadeurs à Guinguet pour une affaire de conséquence. La reine, selon la bonne coutume, ne voulut pas que Tity parût devant les ambassadeurs. Elle lui dit d'aller dans une belle maison de campagne qui appartenait au roi, parce que, ajouta-t-elle, « les ambassadeurs voudront sans doute voir cette maison, et il faudra que vous en fassiez les honneurs ».


Quand Tity fut parti, la reine prépara tout pour recevoir les ambassadeurs, sans qu'il lui en coûtât beaucoup. Elle prit une jupe de velours, et la donna aux tailleurs, pour faire les deux derrières d'un habit à Guinguet et à Mirtil ; on fit les devants de ces habits de velours neuf, car la reine pensait que, le roi et le prince étant assis, on ne verrait pas le derrière de leurs habits. Pour les rendre magnifiques, elle prit les diamants qu'on avait trouvés dans les nèfles, pour servir de boutons à l'habit du roi ; elle attacha à son chapeau le diamant qui avait été trouvé dans l'oeuf, et les petits qui étaient sortis des noisettes furent employés à faire des boutons à l'habit de Mirtil, et une pièce, un collier, et des noeuds de manche à la reine. Véritablement ils éblouissaient avec tous les diamants. Guinguet et sa femme se mirent sur leur trône et Mirtil était à leurs pieds ; mais à peine les ambassadeurs furent-ils entrés dans la chambre, que les diamants disparurent, et il n'y eut plus que des nèfles, des noisettes et un oeuf. Les ambassadeurs crurent que Guinguet s'était habillé d'une manière si ridicule, pour faire affront à leur maître ; ils sortirent tout en colère, et dirent que leur maître leur apprendrait qu'il n'était pas un roi de nèfles. On eut beau les rappeler, ils ne voulurent rien écouter, et s'en retournèrent dans leur pays. Guinguet et sa femme restèrent fort honteux et fort en colère.


" C'est Tity qui nous a joué ce tour, dit-elle au roi, quand il fut seul avec elle ; il faut le déshériter, et laisser notre couronne à Mirtil.


- J'y consens de tout mon coeur ", dit le roi.


En même temps ils entendirent une voix qui leur dit, " si vous êtes assez méchants pour le faire, je vous casserai tous les os, les uns après les autres ". Ils eurent une grande peur d'entendre cette voix ; car ils ne savaient pas que l'Eveillé était dans leur cabinet, et qu'il avait entendu leur conversation. Ils n'osèrent donc faire aucun mal à Tity ; mais ils faisaient chercher la vieille de tous les côtés pour la faire mourir, et ils étaient au désespoir de ce qu'on ne pouvait la trouver. Cependant, le roi Violent, qui était celui qui avait envoyé les ambassadeurs à Guinguet, crut que véritablement on avait voulu se moquer de lui, et résolut de se venger, en déclarant la guerre à Guinguet. Ce dernier en fut d'abord bien fâché, car il n'avait pas de courage, et craignait être tué, mais la reine lui dit, " ne vous affligez pas, nous enverrons Tity commander notre armée, sous prétexte de lui faire honneur ; c'est un étourdi qui se fera tuer, et alors nous aurons le plaisir de laisser la couronne à Mirtil ". Le roi trouva cette invention admirable, et ayant fait revenir Tity de la campagne, il le nomma généralissime de ses troupes ; et pour lui donner plus d'occasions d'exposer sa vie, il lui donna un plein pouvoir pour la guerre, ou la paix. Tity, étant arrivé sur les frontières du royaume de son père, résolut d'attendre l'ennemi, et s'occupa à faire bâtir une forteresse dans un petit passage, par lequel il fallait entrer. Un jour qu'il regardait travailler les soldats, il eut soif, et voyant une maison sur une montagne voisine, il monta pour demander à boire. Le maître de la maison, qui se nommait Abor, lui en donna, et comme le prince allait se retirer, il vit entrer dans cette maison une fille si belle, qu'il en fut ébloui. C'était Biby, fille d'Abor ; et le prince, charmé de cette belle fille, retourna souvent à cette maison sous divers prétextes. Il parla souvent à Biby, et trouvant qu'elle était fort sage et qu'elle avait beaucoup d'esprit, il disait en lui-même : si j'étais mon maître, j'épouserais Biby, elle n'est pas née princesse, mais elle a tant de vertus, qu'elle est digne de devenir reine. Tous les jours il devenait plus amoureux de cette fille ; et enfin, il prit la résolution de lui écrire. Biby, qui savait fort bien qu'une honnête fille ne reçoit point de lettres des hommes, porta celle du prince à son père, sans l'avoir décachetée. Abor, voyant que le prince était amoureux de sa fille, demanda à Biby si elle aimait Tity. Biby qui n'avait jamais menti dans toute sa vie, dit à son père que le prince lui avait paru si honnête homme, qu'elle n'avait pu s'empêcher de l'aimer ; mais, ajouta-t-elle, « je sais bien qu'il ne peut pas m'épouser, parce que je ne suis qu'une bergère ; ainsi, je vous prie de m'envoyer chez ma tante qui demeure bien loin d'ici ». Son père la fit partir le même jour, et le prince fut si chagrin de l'avoir perdue, qu'il en tomba malade. Abor lui dit :


« Mon prince, je suis bien fâché de vous chagriner, mais puisque vous aimez ma fille, vous ne voudriez pas la rendre malheureuse ; vous savez bien qu'on méprise, comme la boue des rues, une fille qui reçoit les visites d'un homme qui l'aime, et qui ne veut pas l'épouser.


- Ecoutez, Abor, dit le prince, j'aimerais mieux mourir, que de manquer de respect à mon père, en me mariant sans sa permission ; mais promettez-moi de me garder votre fille, et je vous promets de l'épouser quand je serai roi : je consens à ne point la voir jusqu'à ce temps-là. »


En même temps la fée parut dans la chambre, et surprit beaucoup le prince ; car il ne l'avait jamais vue sous cette figure.


« Je suis la vieille que vous avez secourue, dit-elle au prince ; et vous êtes si honnête homme, et Biby est si sage, que je vous prends tous les deux sous ma protection. Vous l'épouserez dans deux ans, mais jusqu'à ce temps, vous aurez encore bien des traverses. Au reste, je vous promets de vous rendre une visite tous les mois, et je mènerai Biby avec moi. »


Le prince fut enchanté de cette promesse, et résolut d'acquérir beaucoup de gloire pour plaire à Biby. Le roi Violent vint lui offrir la bataille, et Tity non seulement la gagna, mais encore Violent fut fait prisonnier. On conseillait à Tity de lui ôter tout son royaume, mais il dit : " Je ne veux pas faire cela : les sujets, qui aiment toujours mieux leur roi qu'un étranger, se révolteraient, et lui rendraient la couronne ; Violent n'oublierait jamais sa prison, et ce serait une guerre continuelle qui rendrait deux peuples malheureux : je veux au contraire rendre la liberté à Violent, et ne lui rien demander pour cela ; je sais qu'il est généreux, il deviendra mon ami et son amitié vaudra mieux pour nous, que son royaume qui ne nous appartient pas ; et j'éviterai par là une guerre, qui coûterait la vie à plusieurs milliers d'hommes. " Ce que Tity avait prévu arriva, Violent fut si charmé de sa générosité, qu'il jura une alliance éternelle avec le roi Guinguet, et avec son fils.


Cependant, Guinguet fut fort en colère, quand il apprit que son fils avait rendu la liberté à Violent, sans lui faire payer beaucoup d'argent, et ce prince avait beau lui représenter qu'il lui avait donné l'ordre d'agir comme il le voudrait, il ne pouvait lui pardonner. Tity, qui aimait et respectait son père, tomba malade de chagrin de lui avoir déplu. Un jour qu'il était seul dans son lit, sans penser que c'était le premier jour du mois, il vit entrer deux jolis serins par la fenêtre, et fut fort surpris lorsque ces deux serins, reprenant leurs formes naturelles, lui présentèrent la fée et sa chère Biby. Il allait remercier la bonne fée, quand la reine entra dans son appartement, tenant dans ses bras un gros chat qu'elle aimait beaucoup, parce qu'il prenait les souris qui mangeaient les provisions, et qu'il ne lui coûtait rien à nourrir. D'abord que la reine vit les serins, elle se fâcha de ce qu'on les laissait courir, parce que cela gâtait les meubles. Le prince lui dit qu'il les ferait mettre dans une cage ; mais elle répondit qu'elle voulait qu'on les prît dans le moment, qu'elle les aimait beaucoup, et qu'elle les mangerait à son dîner. Le prince désespéré eut beau prier, tous les courtisans et ses domestiques couraient après les serins, et on ne l'écoutait pas. Un valet prit un balai, et fit tomber à terre la pauvre Biby. Le prince se jeta hors de son lit pour la secourir ; mais il serait arrivé trop tard, car le chat de la reine s'était échappé de ses bras, et allait la tuer d'un coup de griffe, lorsque la fée, prenant tout d'un coup la figure d'un gros chien, sauta sur le chat, l'étrangla ; ensuite, elle prit aussi bien que Biby la figure d'une petite souris, et elles s'enfuirent toutes les deux par un petit trou, qui était dans un coin de la chambre. Le prince était tombé évanoui à la vue du danger qu'avait couru sa chère Biby ; mais la reine n'y fit pas attention, elle n'était occupée que de la mort de son chat, pour lequel elle jetait des cris horribles : elle dit au roi qu'elle se tuerait s'il ne vengeait pas la mort de ce pauvre animal ; que Tity avait commerce avec des sorciers, pour lui donner du chagrin, et qu'elle n'aurait pas un moment de repos qu'il ne l'eût déshérité, pour donner la couronne à son frère. Le roi y consentit, et lui dit que le lendemain il ferait arrêter le prince, et qu'on lui ferait son procès. Le fidèle Eveillé ne s'était pas endormi dans cette occasion ; il s'était glissé dans le cabinet du roi, et vint tout de suite avertir le prince. La peur qu'il avait eue lui avait ôté la fièvre, et il se disposait à monter à cheval pour se sauver, lorsqu'il vit la fée, qui lui dit :


« Je suis lasse des méchancetés de votre mère, et de la faiblesse de votre père ; je vais vous donner une bonne armée, allez les prendre dans leur palais, vous les mettrez dans une prison avec leur fils Mirtil, vous monterez sur le trône, et vous épouserez Biby tout de suite.


- Madame, dit le prince à la fée, vous savez que j'aime Biby plus que ma vie ; mais le désir de l'épouser ne me fera jamais oublier ce que je dois à mon père, et à ma mère, et j'aimerais mieux périr tout à l'heure, que de prendre les armes contre eux.


- Venez, que je vous embrasse, lui dit la fée ; j'ai voulu éprouver votre vertu, si vous aviez accepté mes offres, je vous aurais abandonné ; mais puisque vous avez eu le courage d'y résister, je serai toujours de vos amies, et je vais vous en donner la preuve. Prenez la forme d'un vieillard, et sûr de ne pouvoir être reconnu sous cette figure, parcourez votre royaume, et vous instruirez par vous-même de toutes les injustices qu'on commet contre vos pauvres sujets, afin de les réparer quand vous serez roi ; l'Eveillé, qui restera à la cour, vous rendra compte de tout ce qui arrivera pendant votre absence.»


Le prince obéit à la fée, et il vit des choses qui le firent frémir. On vendait la justice, les gouverneurs pillaient le peuple, les grands maltraitaient les petits, et tout cela se faisait au nom du roi. Au bout de deux ans, l'Eveillé lui écrivit que son père était mort, et que la reine avait voulu faire couronner son frère ; mais que les quatre seigneurs qui étaient honnêtes gens, s'y étaient opposés, parce qu'il les avait avertis qu'il était vivant, et qu'ainsi, la reine s'était sauvée avec son fils dans une province, qu'elle avait fait révolter. Tity, qui avait repris sa figure, alla dans sa capitale et fut reconnu roi, après quoi il écrivit une lettre fort respectueuse à la reine, pour la prier de ne point causer de révolte : il lui offrit aussi une bonne pension pour elle et son frère Mirtil. La reine, qui avait une grosse armée, lui écrivit qu'elle voulait la couronne, et qu'elle viendrait la lui arracher de dessus la tête. Cette lettre ne fut pas capable de porter Tity à sortir du respect qu'il devait à la reine ; mais cette méchante femme ayant appris que le roi Violent venait au secours de son ami Tity, avec un grand nombre de soldats, elle fut forcée d'accepter les propositions de son fils. Ce prince se vit donc paisible possesseur de son royaume, et il épousa la belle Biby au contentement de tous ses sujets, qui furent charmés d'avoir une si belle reine.


Tity, étant monté sur le trône, commença par rétablir le bon ordre dans ses Etats, et pour y parvenir, il ordonna que tous ceux qui voudraient se plaindre à lui de toutes les injustices qu'on leur aurait faites, seraient les bienvenus, et il défendit aux gardes de renvoyer une seule personne qui aurait à lui parler, quand même ce serait un homme qui demanderait l'aumône ; car, disait ce bon prince, « je suis le père de tous mes sujets, des pauvres comme des riches ». D'abord les courtisans ne s'effrayaient point de ce discours : ils disaient, « le roi est jeune, cela ne durera pas longtemps ; il prendra du goût pour les plaisirs, et sera forcé d'abandonner à ses favoris le soin des affaires » ; ils se trompèrent. Tity ménagea si bien son temps, qu'il en eut pour tout ; d'ailleurs le soin qu'il eut de punir les premiers qui commirent des injustices, fit que personne n'osa plus s'écarter de son devoir. Il avait envoyé des ambassadeurs au roi Violent, pour le remercier du secours qu'il lui avait préparé. Ce prince lui fit dire qu'il serait charmé de le voir encore une fois, et que s'il voulait se rendre sur les frontières de son royaume, il y viendrait volontiers, pour lui rendre visite. Comme tout était fort tranquille dans le royaume de Tity, il accepta cette partie qui convenait à un dessein qu'il avait formé : c'était d'embellir la petite maison, où il avait vu sa chère Biby pour la première fois : il commanda donc à deux de ses officiers d'acheter toutes les terres qui étaient à l'entour, mais il leur défendit de forcer personne, car, disait-il, « je ne suis pas roi pour faire violence à mes sujets, et après tout, chacun doit être maître de son petit héritage ». Cependant, Violent étant arrivé sur la frontière, les deux cours se réunirent ; elles étaient brillantes. Violent avait mené avec lui sa fille unique, qu'on nommait Elise, qui était la plus belle fille du monde depuis que Biby était femme, et qui était aussi très bonne. Tity avait mené avec lui outre son épouse, une de ses cousines, qu'on nommait Blanche et qui outre qu'elle était belle et vertueuse, avait encore beaucoup d'esprit. Comme on était, pour ainsi dire, à la campagne, les deux rois dirent qu'il fallait vivre en liberté, qu'on permettrait à plusieurs dames et seigneurs de souper avec les deux rois et les princesses ; et pour ôter le cérémonial, on dit qu'on n'appellerait point les rois Votre Majesté, et que ceux qui le feraient, payeraient une guinée d'amende. Il n'y avait qu'un quart d'heure qu'on était à table, lorsqu'on vit entrer une petite vieille assez mal habillée. Tity et l'Eveillé, qui la reconnurent, furent devant elle ; mais, comme elle leur fit un coup d'oeil, ils pensèrent qu'elle ne voulait pas être connue ; ils dirent donc au roi Violent et aux princesses, qu'ils leur demandaient la permission de leur présenter une de leurs bonnes amies, qui venait leur demander à souper. La vieille, sans façons, se plaça dans un fauteuil qui était auprès de Violent, et que personne n'avait osé prendre par respect ; elle dit à ce prince:


« Comme les amis de nos amis sont nos amis, vous voulez bien que j'en use librement avec vous. »


Violent, qui était un peu haut de son naturel, fut décontenancé de la familiarité de cette vieille, mais il n'en fit pas semblant. On avait averti la bonne femme de l'amende qu'on payerait toutes les fois qu'on dirait Votre Majesté ; cependant à peine fut-elle à table qu'elle dit à Violent :


« Votre Majesté me paraît surprise de la liberté que je prends ; mais c'est une vieille habitude, et je suis trop âgée pour me réformer, ainsi, Votre Majesté voudra bien me pardonner.


- A l'amende, s'écria Violent, vous devez deux guinées.


- Que Votre Majesté ne se fâche pas, dit la vieille. J'avais oublié qu'il ne faut pas dire Votre Majesté, mais Votre Majesté ne pense pas, qu'en défendant de dire Votre Majesté, vous faites souvenir tout le monde de se tenir dans ce respect gênant, que vous voulez bannir. C'est comme ceux, qui, pour se familiariser, disent à ceux qu'ils reçoivent à leurs tables, quoiqu'ils soient au-dessous d'eux, "buvez à ma santé" ; il n'y a rien de si impertinent que cette bonté là ; c'est comme s'ils leur disaient : souvenez-vous bien que vous n'êtes pas faits pour boire à ma santé, si je ne vous en donnais pas la permission. Ce que j'en dis, au reste, n'est pas pour m'exempter de payer l'amende ; je dois sept guinées, les voilà. »


En même temps, elle tira de sa poche une bourse aussi usée que si elle eût été faite depuis cent ans, et jeta les sept guinées sur la table. Violent ne savait s'il devait rire, ou se fâcher, du discours de la vieille ; il était sujet à se mettre en colère pour un rien, et son sang commençait à s'échauffer. Toutefois, il résolut de se faire violence par considération pour Tity ; et prenant la chose en badinant :


« Eh bien, ma bonne mère, dit-il à la vieille, parlez à votre fantaisie, soit que vous disiez Votre Majesté, ou non, je ne veux pas moins être un de vos amis.


- J'y compte bien, reprit la vieille, c'est pour cela que j'ai pris la liberté de dire mon sentiment, et je le ferai toutes les fois que j'en trouverai l'occasion ; car on ne peut rendre un plus grand service à ses amis, que de les avertir de ce qu'on croit qu'ils font mal.


- Il ne faudrait pas vous y fier, répondit Violent ; il y a des moments, où je ne recevrais pas volontiers de tels avis.


- Avouez, mon prince, lui dit la vieille, que vous n'êtes pas loin d'un de ces moments ; et que vous donneriez quelque chose de bon, pour avoir la liberté de m'envoyer promener tout à votre aise. Voilà nos héros. Ils seraient au désespoir qu'on leur reprochât d'avoir fui devant un ennemi, et de lui avoir cédé la victoire sans combat, et ils avouent de sang-froid qu'ils n'ont pas le courage de résister à leur colère, comme s'il n'était pas plus honteux de céder lâchement à une passion qu'à un ennemi, qu'il n'est pas toujours en notre pouvoir de vaincre. Mais, changeons de discours, celui-ci ne vous est pas agréable ; permettez que je fasse entrer mes pages, qui ont quelques présents à faire à la compagnie. »


Dans le moment, la vieille frappa sur la table, et l'on vit entrer par les quatre fenêtres de la salle, quatre enfants ailés, qui étaient les plus beaux du monde. Ils portaient chacun une corbeille pleine de divers bijoux d'une richesse étonnante. Le roi Violent ayant en même temps jeté les yeux sur la vieille, fut surpris de la voir changée en une dame si belle et si richement parée, qu'elle éblouissait les yeux.


" Ah, madame, dit-il à la fée, je vous reconnais pour la marchande de nèfles et de noisettes, qui me mit si fort en colère ; pardonnez au peu d'égard que j'ai eu pour vous, je n'avais pas l'honneur de vous connaître.


- Cela doit vous faire voir qu'il ne faut jamais manquer d'égard pour personne, reprit la fée ; mais, mon prince, pour vous montrer que je n'ai point de rancune, je veux vous faire deux présents. Le premier est ce gobelet ; il est fait d'un seul diamant, mais ce n'est pas ce qui le rend précieux : toutes les fois que vous serez tenté de vous mettre en colère, emplissez ce verre d'eau, et le buvez en trois fois, et vous sentirez la passion se calmer, pour faire place à la raison. Si vous profitez de ce premier présent, vous vous rendrez digne du second. Je sais que vous aimez la princesse Blanche ; elle vous trouve fort aimable, mais elle craint vos emportements, et ne vous épousera qu'à condition que vous ferez usage du gobelet. "


Violent, surpris de ce que la fée connaissait si bien ses défauts et ses inclinations, avoua qu'en effet il se croirait fort heureux d'épouser Blanche ; mais ajouta-t-il, « il me reste un obstacle à vaincre, quand même je serais assez heureux pour obtenir le consentement de Blanche ; je me ferais toujours une peine de me remarier, par la crainte de priver ma fille d'une couronne.


- Ce sentiment est beau, dit la fée, et il se trouve peu de pères capables de sacrifier leurs inclinations au bonheur de leurs enfants ; mais, que cela ne vous arrête point. Le roi de Mogolan, qui était un de mes amis, vient de mourir sans enfants, et par mon conseil, il a disposé de sa couronne en faveur de l'Eveillé. Il n'est pas né prince, mais il mérite de le devenir ; il aime la princesse Elise, elle est digne d'être la récompense de la fidélité de l'Eveillé : et si son père y consent, je suis sûre qu'elle lui obéira sans répugnance. »


Elise rougit à ce discours : il est vrai qu'elle avait trouvé l'Eveillé fort aimable et qu'elle avait écouté avec plaisir ce qu'on lui avait raconté de sa fidélité pour son maître.


« Madame, dit Violent, nous avons pris l'habitude de nous parler à coeur ouvert. J'estime l'Eveillé, et si l'usage ne me liait pas les mains, je n'aurais pas besoin de lui voir une couronne, pour lui donner ma fille ; mais les hommes, et surtout les rois, doivent respecter les usages reçus, et ce serait blesser ces usages que de donner ma fille à un simple gentilhomme, elle qui sort d'une des plus anciennes familles du monde ; car vous savez bien que depuis trois cents ans, nous occupons le trône.


- Mon prince, lui dit la fée, vous ignorez que la famille de l'Eveillé est tout aussi ancienne que la vôtre, puisque vous êtes parents, et que vous sortez de deux frères, encore l'Eveillé doit-il avoir le pas, car il est sorti de l'aîné, et votre père n'était que le cadet.


- Si vous voulez me prouver cela, dit le roi Violent, je jure de donner ma fille à l'Eveillé, quand même les sujets du feu roi de Mogolan refuseraient de le reconnaître pour maître.


- Rien de plus facile que de vous prouver l'ancienneté de la maison de l'Eveillé, dit la fée. Il sort d'Elsa, l'aîné des fils de Japhet, fils de Noé, qui s'établit dans le Péloponnèse, et vous sortez du second fils de ce même Japhet. »


Il n'y eut personne qui n'eût beaucoup de peine à s'empêcher d'éclater de rire, en voyant que la fée se moquait si sérieusement de Violent. Pour lui, la colère commençait à s'emparer de ses sens, lorsque la princesse Blanche, qui était à côté de lui, lui présenta le gobelet de diamant : il le but en trois coups, comme la fée le lui avait commandé ; et pendant cet intervalle, il pensa en lui-même qu'effectivement tous les hommes étaient réellement égaux dans leur naissance, puisqu'ils sortaient tous de Noé, et qu'il n'y avait de vraie différence, que celle qu'ils y mettaient par leurs vertus. Ayant achevé de vider son verre, il dit à la fée :


« En vérité, madame, je vous ai beaucoup d'obligation, vous venez de me corriger de deux grands défauts, de mon entêtement sur ma noblesse, et de l'habitude de me mettre en colère. J'admire la vertu du gobelet dont vous m'avez fait présent ; à mesure que je buvais, j'ai senti ma colère se calmer, et les réflexions que j'ai faites, dans l'intervalle des trois coups que j'ai bus, ont achevé de me rendre raisonnable.


- Je ne veux pas vous tromper, dit la fée, il n'y a aucune vertu dans le gobelet dont je vous ai fait présent ; et je veux apprendre à toute la compagnie en quoi consiste le sortilège de cette eau, bue en trois coups. Un homme raisonnable ne se mettrait jamais en colère, si cette passion ne le surprenait pas, et lui laissait le temps de réfléchir : or, en se donnant la peine de faire remplir ce gobelet d'eau, en le buvant en trois fois, on prend du temps ; les sens se calment, les réflexions viennent, et lorsque cette cérémonie est achevée, la raison a eu le temps de prendre le dessus sur la passion.


- En vérité, lui dit Violent, j'en ai plus appris aujourd'hui, que pendant le reste de ma vie. Heureux Tity ; vous deviendrez le plus grand prince du monde avec une telle protectrice ; mais, je vous conjure d'employer le pouvoir que vous avez sur l'esprit de madame, à la faire souvenir qu'elle m'a promis d'être de mes amies.


- Je m'en souviens trop bien pour l'oublier, dit la fée, et je vous en ai déjà donné des preuves ; je continuerai à le faire, tant que vous serez docile, et j'espère que ce sera jusqu'à la fin de notre vie. Aujourd'hui, ne pensons plus qu'à nous divertir pour célébrer votre mariage, et celui de la princesse Elise. »


En même temps, on avertit Tity que les officiers, qu'il avait chargés d'acheter toutes les terres et les maisons qui environnaient celle de Biby, demandaient à lui parler. Il commanda qu'on les fit entrer, et ils lui montrèrent le dessein de l'ouvrage qu'ils voulaient faire en cette petite maison. Ils y avaient ajouté un grand jardin, et un grand parc, qui aurait été parfait, s'ils eussent pu abattre une petite maison, qui se trouvait au beau milieu d'une des allées de ce parc, et qui en gâtait la symétrie.


« Et pourquoi n'avez-vous pas ôté cette bicoque ? dit le roi Violent, en parlant à ces officiers et aux architectes.


- Seigneur, lui répondirent-ils, notre roi nous avait défendu de faire violence à personne, et il s'est trouvé un homme qui n'a jamais voulu vendre la maison, quoique nous ayons offert de la lui payer quatre fois plus qu'elle ne vaut.


- Si ce coquin-là était né mon sujet, je le ferais pendre, dit Violent.


- Vous videriez votre gobelet auparavant, dit la fée.


- Je crois que le gobelet ne pourrait lui sauver la vie, répondit Violent ; car enfin, n'est-il pas horrible qu'un roi ne soit pas maître dans ses Etats, et qu'il soit contraint d'abandonner un ouvrage qu'il souhaite achever, par l'obstination d'un faquin, qui devrait s'estimer trop heureux de faire sa fortune, en obligeant son maître, sans le forcer à le contraindre, ou à abandonner son dessein.


- Je ne ferai ni l'un ni l'autre, dit Tity, en riant, et je prétends que cette maison soit le plus grand ornement de mon parc.


- Oh, je vous en défie, dit Violent, elle est tellement placée, qu'elle ne peut servir qu'à le gâter.


- Voici ce que je ferai, dit Tity, elle sera environnée d'une muraille assez haute, pour empêcher cet homme d'entrer dans mon parc, mais pas assez pour lui ôter la vue, car il ne serait pas juste de l'enfermer comme dans une prison ; cette muraille continuera des deux côtés, et l'on y lira ces paroles, écrites en lettres d'or : Un roi, qui fit bâtir ce parc, aima mieux lui laisser ce défaut, que de devenir injuste à l'égard d'un de ses sujets, en lui ravissant l'héritage de ses pères, sur lequel il n'avait d'autre droit, que celui de la force.


- Tout ce que je vois me confond, dit Violent ; j'avoue que je n avais pas même l'idée des vertus héroïques qui font les grands hommes. Oui, Tity, cette muraille sera ornement de votre parc, et la belle action que vous faites en l'élevant, sera ornement de votre vie. Mais, madame, d'où vient que Tity se porte naturellement aux grandes vertus, dont je n'ai pas même l'idée, comme je vous l'ai dit ?


- Grand roi, lui répondit la fée, Tity, élevé par des parents qui ne pouvaient pas le souffrir, a toujours été contredit depuis qu'il est au monde : il s'est accoutumé par conséquent, à soumettre sa volonté à celle d'autrui dans toutes les choses indifférentes. Comme il n'avait aucun pouvoir dans le royaume, pendant la vie de son père, il ne pouvait accorder aucune grâce, et qu'on savait que le roi avait envie de le déshériter, les flatteurs n'ont pas daigné le gâter, parce qu'ils ne croyaient pas avoir rien à craindre, ni à espérer de lui : ils l'ont abandonné aux honnêtes gens, que le seul devoir attachait à sa personne ; et dans leur compagnie, il a appris qu'un roi, qui est maître absolu pour faire du bien, doit avoir les mains liées, lorsqu'il est question de faire du mal; qu'il commande à des hommes libres et non à des esclaves ; que les peuples ne se sont soumis à leurs égaux, en leur donnant la couronne, que pour se donner des pères, des protecteurs aux lois, un refuge aux pauvres et aux opprimés. Vous n'avez jamais entendu ces grandes vérités. Devenu roi dès l'âge de douze ans, les gouverneurs, à qui l'on a confié votre éducation, n'ont pensé qu'à faire leur fortune, en gagnant vos bonnes grâces. Ils ont appelé votre orgueil, noble fierté ; vos emportements, des vivacités excusables : en un mot, ils ont fait jusqu'à ce jour votre malheur, et le malheur de vos pauvres sujets, que vous avez regardés et traités en esclaves ; parce que vous pensiez, qu'ils n'étaient au monde que pour servir à vos caprices, au lieu que dans la vérité, vous n'y êtes que pour servir à les protéger, et à les défendre. »


Violent convint des vérités que lui disait la fée instruit de ses devoirs, il s'appliqua à se vaincre pour les remplir ; et fut encouragé dans ses bonnes résolutions, par l'exemple de Tity et de l'Eveillé, qui conservèrent sur le trône les vertus qu'ils y avaient apportées.