Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Les anatidés

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Les anatidés tirent leur caractère essentiel de la conformation spéciale de leur bec.  Ce bec, rarement plus long que la tête, est généralement droit, large, recouvert d’une membrane molle, terminé antérieurement par un large onglet corné. Ses côtés sont garnis de lamelles cornées, celles de la mandibule supérieure s’engrenant avec celles de la mandibule inférieure. Une protubérance charnue ou cornée garnit parfois sa base. La langue est charnue, musculeuse, très sensible, cornée à son extrémité antérieure qui est parfois dentelée.

La taille de ces oiseaux est très variée, parfois très forte au corps vigoureux, elle peut aussi se présenter sous des formes naines, minuscules. La tête est petite et plus haute que large. Ses pattes ( tarses) sont de longueur moyenne ou courtes, placées plus ou moins en arrière du corps; une membrane réunit les trois doigts antérieurs, le pouce est bien développé. Le cou varie de très long à moyennement long ( 23 vertèbres chez le cygne, 18 chez l’oie et de 14 à 16 chez le canard).

Les ailes ( 10 rémiges primaires) sont en général assez pointues et parfois armées d’un éperon. La queue, le plus souvent courte et arrondie, est composée de 12 à 24 rectrices.  Parfois, les deux rectrices médianes sont plus ou moins prolongées.

Leur plumage normal est complété par un duvet très fin et très dense protégeant l’oiseau du froid et de l’humidité.  Ce duvet ne se mouille qu’en surface. La glande uropygienne ( glande graisseuse située au croupion, à la naissance de la queue) est très développée.

Les organes sexuels sont différents de ceux des gallinacés.  Le mâle possède un pénis non érectile enroulé en spirale et situé au dessus du cloaque, dans une loge du sacrum. Il s’évagine lors  l’accouplement.

Le vol est relativement facile, par contre la marchez est assez difficile par suite de la position spéciale des pattes par rapport au corps.  Le corps balance pendant la marche.

Le mâle est généralement un peu plus fort que la femelle.

Les anatidés se trouvent dans toutes les parties du globe. Aquatiques ou semi-aquatiques, ils fréquentent les eaux douces comme les eaux salées. Ce sont en général de bon voiliers qui, durant les migrations, peuvent parcourir de longues distances sans prendre de repos. Lorsqu’ils volent en bandes, ils adoptent pour le voyage une formation en V, la charge de conducteur étant assurée à tour de rôle.

Les anatidés se nourrissent de matières végétales et animales très variées.  Ils sont farouches, circonspects et rusés. Presque jour et nuit en mouvement, ils recherchent néanmoins leur nourriture à l’aube et à la nuit tombante.

Ils sont pour la plupart monogames, pondent de nombreux œufs lisses, à coquille teintée ( souvent bleuâtres ou verdâtres) mais immaculées, c’est à dire sans taches. L’incubation des œufs dure entre 21 et 40 jours.  Les nids sont établis de façon très variable selon les espèces, soit sur un point desséché d’un marais, soit dans le creux d’un arbre, soit encore  dans une cavité de rocher et même dans un terrier. Ces nids sont abondamment pourvus de duvet que s’arrache la femelle.

La couleur du plumage des anatidés varie sont les espèces, le sexe et l’age. Chez certaines espèces et chez les ansérinés et cygninés en particulier, la robe du mâle et de la femelle est à peu près identique. Ces espèces ne muent qu’une fois l’an.

Chez les anatidés ( canards) au contraire, la robe diffère selon le sexe.  Dans certains cas, elle est même entièrement dissemblable. Chez ces espèces, qui changent de plumage deux fois par an, on considère généralement qu’elles peuvent se présenter sous cinq robes différentes:

1.              Le duvet qui recouvre les jeunes dès leur naissance

2.              Le plumage intermédiaire du bas âge. Les canetons abandonnent très rapidement leur duvet pour un plumage d’une teinte assez terne et presque uniforme pour les deux sexes, ce qui les différencie très peu.

3.              Le plumage de la femelle adulte. Il consiste en une robe très simple, discrète, de teinte généralement foncée et souvent brunâtre.  La parure d’été et d’hiver de la femelle est pour ainsi dire identique.

4.              Le plumage d’été du mâle adulte.  Après l’accouplement  le mâle perd ses couleurs vives pour adopter pendant quelques mois un plumage beaucoup plus discret. A ce moment, il se différencie très peu de sa femelle.

5.              Le plumage nuptial ou de parade du mâle adulte. A l’entrée de l’hiver, il quitte son plumage d’été pour se parer de couleurs parfois très vives et très voyantes pour certaines espèces. On dit à ce moment qu’il «  entre en couleurs ».  Il garde ce plumage de parade jusqu’en mai-juin, parfois aussi jusqu’en juillet.

En bref, les caractères principaux des palmipèdes lamellirostres ( anatidés) sont les suivants:

A.                La conformation très spéciale de leur bec, aux abords intérieurs munis d’une série de lamelles cornées et dentelées, appareil de choix pour tamiser et filtrer la boue ou la vase de fond. Il permet de retenir une proie éventuelle, pendant que l’eau et le sable s’échappent par les petites cannelures.

B.              La conformation et la disposition aussi spéciales des pieds. Elles forment des rames tout à fait au point pour la navigation. Les trois doigts antérieurs sont reliés par une membrane robuste qui, en s’étalant, devient une large pale de rame.

L’œil aussi est très bien conformé pour la chasse sous-marine. Il est doté d’un muscle circulaire qui peut contracter le cristallin et le rendre très convexe, ce qui  donne une vision sous-marine très nette