Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Reproduction et élevage

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Le souper annuel

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Laissés à eux-mêmes, les pigeons formeront des couples très unis et se reproduiront tout au long de l'année, pour autant qu'ils aient assez de nourriture et que l'hiver ne soit pas trop rigoureux. C'est ainsi que cela se produit naturellement chez les pigeons tant sauvage que domestiques. Mais, du point de vue du colombophile, ce système relève trop du hasard. Il doit introduire de l’ordre dans 'son pigeonnier et faire en sorte, à l'instar de nos grands-mères marieuses, de réunir le plus d’avantages possibles pour le futur couple. Il peut nourrir l'espoir d'élever une équipe invincible de pigeons de course ou de vol en haute altitude, ou même une lignée des pigeons les plus parfaitement structurés et les mieux plumés qui aient jamais figuré dans une exposition. Ce résultat ne sera accessible qu’après un long tâtonnement.


La séparation des sexes, première étape du processus, aura été opérée à la fin de l'automne dans certains cas, aux environs du Nouvel An dans d'autres. Bien que certains affirment que les pigeons s'accouplent plus volontiers après une séparation brève, la mixité permanente dans un pigeonnier suscite des inconvénients que l'on peut estimer supérieurs aux avantages d'un accouplement plus rapide. De toute manière, la période de séparation aide à dissoudre les couples qui se sont formés au cours de la saison précédente, donnant ainsi au colombophile la possibilité d'explorer un champ de permutations très étendu. De ce point de vue, cela ira d'autant mieux que vous procéderez rapidement à cette séparation. Il est très malaisé de briser un couple formé depuis deux ou trois saisons, surtout dans un même pigeonnier. C'est en de telles occasions que le troisième compartiment de votre pigeonnier acquiert toute sa valeur, car vous pouvez tenir le mâle et la femelle aussi éloignés que possible l'un de l'autre. .


Si vous n 'avez pas de partenaires pour l'ancien couple, mieux vaut ne pas tenter de le briser. Une femelle non appariée posera peu de problèmes, mais un mâle peut vous procurer les ennuis les plus considérables. Bien que certains colombophiles soient partisans de l'appariement des oiseaux avant la fin de l'hiver, il n'est pas conseillé aux débutants de commencer aussi tôt. Un brusque retour de froid peut causer autant de dégâts au pigeonnier qu'à un jardin. Des œufs refroidis et des pigeonneaux gelés ne sont pas un début des plus encourageants. Attendez plutôt la seconde quinzaine de mars. Si vous comptez faire voler vos oiseaux en compétition dès la première année, en admettant qu'ils soient déjà dressés. la mue vous rendra les choses plus difficiles. Ce problème sera abordé dans le chapitre consacré aux pigeons de vol.


Dés que vos appariements ont été décidés et notés, il est temps de prendre chaque mâle, de l’installer dans un pondoir et de l'y laisser avec de quoi boire et mangera partir de midi jusque' le  matin suivant. Vous laisserez alors chaque pigeon redécouvrir seul le pigeonnier pendant la matinée, puis l'enfermerez dans sa boîte dès qu'il y sera retourné. C'est ainsi que le mâle prend possession de son nid. Lorsque vous introduirez la femelle par la suite, elle sera plus soumise que si elle pouvait revendiquer la primauté sur ce territoire. Sinon, la femelle, surtout si elle avait déjà été appariée auparavant, ferait grand tapage, assaillant de coups d'aile et de bec le mâle qui lui serait proposé. Quelle que soit la méthode d'introduction, une résistance se produira. La manière la plus directe d'apparier deux oiseaux reste d'introduire le mâle en premier. Lorsque vous avez présenté la femelle et les Oiseaux sont apaisés, laissez sortir chaque couple tour à tour et laissez-le rentrer au pondoir à son gré. Le mâle fera la cour à la femelle, enflant la croupe, roucoulant, balayant le plancher de la queue,tournant autour de la pigeonne sans lui laisser un moment de répit. Ensuite s'effectueront les embrassements au cours desquels le mâle dégorgera de la nourriture dans le bec de la femelle. Le tout accompagné de tours, saluts, roucoulements profonds et soutenus. La femelle s'accroupit alors le mâle la monte. on peut dès lors les laisser sortir célébrer leur accouplement et leur vol de parade avec force battements d'ailes et vols planés soutenus. Dès que tous vos oiseaux auront été ainsi appariés, votre première saison d'élevage sera bien engagée. Un risque tout particulier se présente dès l'abord pour le débutant: l'erreur d'identité. Chez les pigeons en effet, les sexes se ressemblent fort. Il n'y a pas de marques évidentes permettant de les distinguer. Les mâles sont normalement plus trapus, leur tête est plus grosse et leur carénage plus saillant. Chez la femelle, l'écart entre les deux os qui forment la fente arrière est normalement plus prononcé. Toutes ces distinctions peuvent cependant se révéler vaine par le simple fait des différences de taille des races de pigeons.


La seule preuve véritable réside dans la reproduction effective.


Il faut prendre garde au fait que des femelles appariées entre elles peuvent pondre des œufs et même tenter de les couver. Parfois il y aura quatre œufs, ce qui révèle l'erreur, parfois deux seulement. La découverte d'un faux appariement peut être ulcérante pour un néophyte. Heureusement, les sexes se distinguent en règle générale par leur comportement réciproque.


Dès que les couples sont formés, il vous faut installer les . récipients qui serviront de nids. Vous les garnirez de copeaux et d'un peu de paille. Des matériaux supplémentaires, paille et brindilles, seront placés à proximité des oiseaux de façon à ce qu'ils puissent personnaliser leur nid à leur gré. Empêchez-les toutefois d'élaborer ses structures absurdement compliquées auxquelles ils s'appliquent parfois. Les bols de terre cuite sont les meilleurs récipients, mais deux:, briques placées à. angle droit dans un coin du pondoir feront très bien l'affaire.


L'accouplement des pigeons est assez complexe et souvent plein de tendresse. Le pigeon poursuit sans relâche la pigeonne, enflant sa poitrine et balayant le sol de sa queue. Pendant les embrassements de bec, il dégorge de la nourriture dans le bec de la femelle. Après un certain temps, la femelle s’accroupira pour que le mâle la monte et la côche.


Le mâle se montre souvent plus attentif et enclin à la nidification que la femelle. Il occupera le nid pendant de longues périodes, harcelant la femelle pour qu'elle prenne part à cette occupation, la poursuivant parfois à coups de bec. Une fois qu'elle a accepté le nid, vous pouvez vous attendre à ce qu'elle ponde son premier .ouf dans la journée ou au cours de celle qui suit. Tout ceci prend une semaine à partir de l'accouplement. Les pigeons pondent normalement deux œufs. Le premier est généralement pondu au cours de l'après-midi, et la femelle l'abandonne jusqu'à la ponte du second, le lendemain midi. C'est alors que commence la couvaison, peu soutenue au début. Ne vous étonnez donc pas si les parents quittent le nid pendant de courtes périodes. Au bout d'un jour ou deux, ils s'y fixeront. Le mâle participe à la couvaison et la prend en charge de la fin de matinée jusqu’au début de la soirée. Notez scrupuleusement la date de la ponte: attendez-vous à l'éclosion de 16 à 17 jours après la ponte du second œuf. Cette époque est éprouvante pour les oiseaux. Vous ferez donc tout ce qui sera. en votre pouvoir pour maintenir les oiseaux en bonne santé. Laissez-leur prendre autant d'exercice qu'il leur conviendra. Placez une petite mangeoire à l'intérieur ou à l'extérieur du pondoir. C'est pendant la couvaison que les pigeons sont le plus vulnérable à l'atteinte des insectes et aux dangers de l'inaction. C'est pourquoi la faculté de se déplacer à volonté s'avère aussi importante. Renouvelez fréquemment l'eau de la baignoire, à moins que vous n'ayez commencé tôt dans l'année, époque à laquelle il fait encore froid et où le bain est à proscrire.


Il convient de conserver au pigeonnier une atmosphère de calme et de paix. N'y amenez donc pas de visiteurs inhabituels et ne dérangez pas les oiseaux pour examiner leurs œufs alors qu'ils les couvent, ou pour procéder à l'entretien des lieux. Vous pourrez normalement, lorsque les oiseaux changent de position, jeter un coup d’œil pour vérifier si tout se passe bien, si la coquille des œufs n'est pas souillée par le fiente, etc. Au fur et à mesure que la couvaison approche de son terme, les oiseaux seront de moins en moins enclins à quitter leur nid


Lors de l'éclosion , vérifiez si les pigeonneaux ont une bonne conformation et une apparence saine.


Si l'éclosion est bonne, les parents ôteront du nid les débris de coquilles. Ceux-ci doivent être propres à l'intérieur, sans aucune trace de sang. Si un pigeonneau est difforme ou maladif, mieux vaudra l'éliminer de suite.


La rapidité de la croissance des jeunes est étonnante. Chaque jour, lors de votre visite au pigeonnier, vous constaterez une transformation notable. Le lait de pigeon absorbé joue évidemment un rôle primordial dans ce développement.


Après cinq jours, les yeux s'ouvrent, mais il faudra deux jours de plus pour que le revêtement des pennes apparaisse à travers le jaune du duvet. Il est temps maintenant, au bout des sept premiers jours, de baguer les jeunes oiseaux, opération simple mais qui requiert une grande dextérité et beaucoup de douceur. On passe la bague au-dessus des trois doigts du pied droit et on la glisse le long de la patte jusqu'à ce qu'elle dépasse le doigt arrière


Ce baguage est important, puisqu'il constitue la seule preuve que le pigeon vous appartienne. C'est aussi la condition sine qua non pour participer à toute forme de course ou d'exposition. Vous pouvez obtenir des bagues chaque année en étant membre d'un club ou d'une société colombophile. Elles sont datées et précisent donc l'âge de l'oiseau.


Après dix-sept jours, les pigeonneaux se disputent l'espace du nid, Le pigeonnier résonne de leurs cris à l'approche des parents et l'activité y est débordante. Les pigeonneaux reçoivent une alimentation solide depuis une semaine à peine, et il faut veiller à ce que les parents aient assez d'eau et en donnent aux jeunes.


A sept jours, il est temps de baguer les pigeonneaux. On y procède en glissant la bague au dessus des trois premiers doigts du pied gauche, .puis le long de la patte jusqu’au dessus de l'orteil arrière. L'opération nécessite une main ferme mais délicate. Le pigeon portera ainsi la marque de son propriétaire durant tout toute sa vie.


Le sevrage constitue l'étape suivante.


Commencez aussitôt que les pigeonneaux affirment clairement leur indépendance. Ils s'écarteront un peu du nid, tout en continuant à quémander leur nourriture auprès de leurs parents fatigués. C'est à ce moment que la troisième partie du pigeonnier devient pleinement utilisable. Transférez-y tous les jeunes qui sont prêts. Donnez-leur un mélange alimentaire composé de graines de taille modérée, c'est-à-dire sans haricots. Ajoutez-y beaucoup d'eau.


Redoublez de vigilance pour voir quels oiseaux retardent et n'absorbent pas assez de nourriture. Le test le plus sûr consiste à tâter leur jabot en fin de journée. Il faudra nourrir par la force ceux qui sont sous-alimentés: il suffit de maintenir le bec ouvert entre le pouce et l'index et d'introduire les graines une à une. Il est bon de laisser tremper la. nourriture. à l'avance, ce qui l'attendrit et facilite la digestion. .Une vieille méthode consiste à mettre soi-même les graines en bouche pour les attendrir. Pour apprendre à boire aux oisillons, il suffit de leur tremper la tête dans l'abreuvoir