Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Le plumage

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

LE PLUMAGE DES PIGEONS


Il se caractérise par une très grande diversité des couleurs et des dessins. Ces dessins et ces couleurs se transmettent aux descendants suivant les lois bien connues dont l’ensemble constitue l’un des chapitres de la génétique. Connaître les grandes lignes de code permet de comprendre et utiliser les différentes combinaisons déterminant les races et les variétés de pigeon pour les sélectionner.

LES DESSINS DU PLUMAGE


Ils sont déterminés par le caractère héréditaire différent de ceux gouvernant les couleurs : l’aspect du plumage résulte de la superposition des couleurs et des dessins. On distingue ainsi et quelle que soit la teinte (couleur) : écaillé foncé, écaillé clair, barré, uni. Il existe une hiérarchie génétique ou dominante dans cette série. Chaque terme masque le terme suivant. Ainsi un pigeon barré X un autre barré ne rende que des barrés et un écaillé foncé X un barré donneront normalement des écaillés foncés, des écaillés clairs, et bien sur des bleus barrés.


Cette notion de dominance est primordiale dans l’expression des couleurs. La connaissance de la transmission des colorations est indispensable pour tout sélectionneur.


L’œil des pigeons peut prendre différentes couleurs et, de la plus intense à la plus faible, on distingue :


- L’œil orange « oeil de coq »


- L’œil perlé « oeil sablé »


- L’œil prune « oeil de vexe »


- L’œil cassé (oeil coulé »


Un certain nombre de caractères  morphologiques sont sous l’influence de caractère génétique connus et répertoriés. Citons la huppe, les pattes emplumées, la couleur de la peau, l’autosexabilité par la couleur, la présences de doigts supplémentaires. Les caractère physiologiques tels que le format du corps, l’aptitude à la ponte, l’agressivité sont également sous l'influence des gènes ou unités d’hérédité. Mais leur nombre est grand et leur nature mal connue. Toute tentative pour modifier la répartition de ces gènes donc l’expression de ces caractères, s’appelle la sélection, selon des lois physiologiques bien déterminées. On peut ainsi à volonté modifier telle ou telle race. Cette évolution est à la base de tous les types nouveaux.

LA MUE


Elle se traduit par le remplacement périodique des plumes. Elle est sous la dépense de facteur hormonaux, eux-mêmes influencés par des facteurs physiques (en particulier la longueur du jour). Sous nos latitudes, elle se traduit en automne, de juillet-août à octobre. La chute des plumes existantes est provoquée par la croissance de sicots qui, sous la peau, chassent les rachis des plumes en place. Cette mue implique naturellement une grande dépense d’énergie. Ainsi, à cette période, le pigeon diminue sa ponte et devient plus sensible aux maladies. Il doit être particulièrement bien nourri et bien soigné. Une autre forme de mue intervient chez les jeunes qui,