Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Origine

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Malgré certaines preuves , il est indiscutable, qu'historiquement  parlant, l'origine de notre poule domestiquée présente beaucoup de failles et ne repose finalement que sur bon nombre de suppositions.

Scientifiquement il en est de même, tout au moins jusqu'à ce jour.

L'inclination naturelle du Gallus gallus à l'acclimatation et à la domestication, sa ressemblance très frappante avec de nombreuses races améliorées font du Coq de BANKIVA un originateur très probable, pour ne pas dire certain de notre Poule domestiquée. Si même certains auteurs font allusion à un “ Gallus giganteus ” qui pourrait être à la base de plusieurs races de grand format, espèce qui restera vraisemblablement une énigme jusqu'à ce que l'on découvre réellement une preuve de son existence certaine, si même certains naturalistes croient voir dans des caractères aussi inconstants, que le sont les marques et dessins du plumage, un indice que d'autres espèces sauvages pourraient très bien être à la base de l'une ou l'autre de nos races domestiquées, DARWIN rejette catégoriquement toutes ces probabilités.

Si dans un temps proche ou lointain on arrivera à fournir des preuves irréfutables sur l'origine de notre Poule domestiquée, il est tout à fait exclu qu'elles s'obtiendront grâce  à des déductions bien fragiles de naturalistes ou de biologistes, mais qu'elles seront fournies par un laboratoire.

Des expériences en cours livreront tôt ou tard leur secret et d'ici là nous adopterons sagement la thèse de DARWIN, même si elle est parfois controversée.

Les preuves sur lesquelles il base ses conclusions sont les suivantes

1) La grande variabilité de l'espèce et son inclination, même à l'état sauvage de former des sous-espèces selon l'habitat, le climat ou toute autre influence extérieure. Déjà l'explorateur anglais BLYTH communiqua à DARWIN le fait que les exemplaires rencontrés dans la région de l'Himalaya étaient plus pâles que ceux vivant dans les autres parties de l'Inde et que à leur tour, ceux trouvés en Inde étaient moins colorés que ceux vivant en Malaisie.

Cette variabilité ne se localise néanmoins pas seulement au seul plumage, mais exerce aussi son influence sur la couleur de l'oreillon et des tarses. C'est ainsi que les exemplaires en provenance de la Malaisie ont un oreillon rouge, alors que ceux de l'Inde ont l'oreillon blanc. Il en est de même pour les tarses : les exemplaires en provenance de l'Inde ont les tarses gris-ardoise, alors que ceux de la Malaisie ont des tarses qui varient du brun-olive au jaune.

2) La ressemblance frappante de la couleur du plumage de la “ BANKIVA ” avec la variété dite “ SAUMON-DOREE  ” (black-red) chez les races domestiquées. Il faut en outre souligner que cette variété se présente justement chez nos plus anciennes races de volailles, comme l'italienne, la Gauloise, l'Ardennaise,  le Combattant, le Phoenix, ainsi que de nombreuses races naines.

3) L'inclination au retour atavique de certaines marques du plumage ancestral. C'est ainsi que, même de nos jours, nous remarquons encore toujours qu'au bout d'un certain temps il apparaît des plumes brunes ou rouges dans le camail et les épaules de la variété noire, principalement chez les coqs. Cette remarque vaut aussi pour le plumage barré, coucou et perdrix.

Chez la poule ce retour atavique se localise surtout aux ailes par l'apparition d'une teinte roussâtre. Il peut néanmoins apparaître beaucoup plus visiblement. DARWIN cite comme exemple qu'il croisa un coq noir Espagnol avec une poule Soie blanche et qu'il obtint des hybrides portant la livrée du BANKIVA. Des exemples semblables sont connus par dizaines.

DARWIN rapporte également que des poules domestiquées mises en liberté absolue sur l'île de Ascension (Atlantique) sont retournées pour la plupart vers les couleurs de l'espèce sauvage.

4) La ressemblance de la voix du Coq domestiqué avec le BANKIVA. Le “ chant ” du BANKIVA ressemble à celui de l'espèce domestiquée, à part qu'il est plus court. Chez l'espèce sauvage, il manque la dernière syllabe du chant. On sait que chez les autres espèces sauvages, le chant est totalement différent.

5) La facilité, forcée ou volontaire, avec laquelle le BANKIVA se croise avec les volailles domestiquées et le fait que les hybrides obtenus sont toujours féconds et sans la moindre réserve, ce qui n'est pas le cas pour les trois autres espèces.