Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Enterotoxémie du lapin

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Le souper annuel

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Cette maladie très grave cause de nombreux déboires aux éleveurs de lapins dans beaucoup d'élevages. Due à des déséquilibres alimentaires et digestifs (excès d'azote) entraînant la pullulation de germes du groupe des microbes de la gangrène qui se mettent à sécréter une toxine très active, l'entérotoxémie provoque la mort parfois très brutale, mais le plus souvent en 2 à 3 jours. On peut l'observer sur des sujets de tous âges, mais c'est surtout chez les lapines allaitantes qu'elle est fréquente. Cela paraît s'expliquer par l'appétit des bêtes à cette période  qui les amène à consommer des quantités importantes d'aliments, dangereuses  quand il s'agit d'un aliment complet assez riche en protéines. Mangeant beaucoup pour faire face à la sécrétion lactée très importante, la lapine est amenée à consommer un excès d'azote -, cela peut être encore aggravé par la distribution de fourrages trop riches comme certaines luzernes.

La lapine malade est d'abord prostrée, elle se tapit dans un coin de la cage, ne s'occupe plus de ses petits. Son état empire, l'abdomen se gonfle et le train arrière se paralyse; le transit intestinal est bloqué et la malade meurt en 2, à 3 jours de maladie. Un caractère de l'entérotoxémie est en général la putréfaction très rapide du cadavre.

Que faire curativement  ? A vrai dire, pas grand-chose à part l'injection de sérum contre l'entérotoxémie qui n'a de chances de réussir que si elle est faite précocement dès l'apparition des premiers symptômes.

L'utilisation d'antibiotiques est très aléatoire, car l'entérotoxémie est une Intoxication et les antibiotiques peuvent arrêter le développement des microbes mais non détruire une toxine qui s'est déjà répandue dans l'organisme.

Le traitement préventif peut se diviser en deux chapitres. prophylaxie immédiate quand plusieurs cas se succèdent et qu'il faut arrêter la série et prophylaxie à plus longue échéance dont l'action n'est pas instantanée. Dans les deux cas, certaines mesures alimentaires doivent être prises:

- Rationner les aliments complets et compléter la ration avec des céréales sans abuser d'avoine.

- Ne pas donner des fourrages trop riches (luzernes, trèfles).

- Donner du Santocal dans l'eau de boisson.

La prophylaxie médicale immédiate consiste à donner dans l'eau un antibiotique à action intestinale qui arrêtera le développement des germes dangereux, qui parera au plus pressé en attendant le résultat du traitement suivant, actif à plus longue échéance : la vaccination qui demande environ une dizaine de jours pour donner une protection efficace. Elle se fait en deux piqûres à 10 jours d'intervalle ; la protection dure environ 8 à 10 mois et il faut alors faire un rappel.

Les progrès réalisés dans la production des anatox permet de réaliser un vaccin hautement efficace permettant de résoudre le grave problème de l'entérotoxémie dans de nombreux élevages.

Cependant, il ne faut jamais négliger les précautions alimentaires déjà indiquées, car même chez des bêtes vaccinées, une accumulation des erreurs pourra toujours entraîner des accidents ; la vaccination est une mesure très efficace si elle est combinée avec des conditions d'élevage et d'alimentation normales.