Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Logement

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Le souper annuel

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

De par leur petite taille, les naines sont peu exigeantes quant à l'espace qui leur est attribué puisque l'on peut élever un coq et trois poules dans une volière de quatre mètres carrés. Si vous pouvez leur laisser plus de place ou même les lâcher dans un jardin ou un champ, elles n'en seront que plus heureuses, mais, pour certaines races certaines précautions seront à envisager.


Les poules naines craignent peu le froid mais beaucoup les courants d'air et surtout l'humidité. Leur parcours doit donc être bien drainé et jamais boueux. N'hésitez pas à les laisser enfermées quand le temps est pluvieux, surtout les races délicates ou celles dont le plumage est inadapté aux intempéries (Nègre soie, races frisées).


L'installation idéale comporte un poulailler pouvant être fermé tout en restant aéré et une courette ou enclos couvert. Cela peut suffire mais le mieux est de prolonger cette construction par un parc garni de végétation où les animaux seront lâchés par beau temps.


Protégez cette installation par des murs ou des haies persistantes face à l'Ouest et au Nord et orientez façade et ouvertures vers l'Est et le Sud. Dans le parc prévoyez des arbustes, des buissons et des perchoirs divers.


Le poulailler peut être de petites dimensions mais rester facilement accessible pour le nettoyage. Rien n'est aussi désagréable que d'avoir à se contorsionner ou à ramper pour aller nettoyer les fientes accumulées durant les nuits. Les pondoirs se trouvent normalement dans ce poulailler et il faut aussi pouvoir aller facilement chercher les oeufs chaque jour. Ce poulailler doit comporter une ouverture d'aération en hiver comme en été pour éviter la condensation et l'accumulation de gaz nocifs dégagés par la litière. N'hésitez pas à aérer largement par beau temps et ne fermez jamais intégralement un poulailler de jour comme de nuit. Un orifice d'aération doit être obturé par un grillage pour éviter l'accès des nuisibles.


Tout matériau peut servir à la construction du poulailler pourvu qu'il soit facile à désinfecter et à entretenir. En effet les parasites comme les poux se nichent dans les moindres fissures et les souris s'installent confortablement dans les plus grandes.


Dans ce poulailler se trouvent les perchoirs pour la nuit. Ils doivent être assez épais, au moins quatre centimètres de diamètre et même plats pour les races à pattes emplumées.


Toutes les volailles doivent loger sur le ou les plus hauts perchoirs; s'il n'y avait pas assez de place, des bagarres auraient lieu chaque soir pour accéder aux places les plus élevées.


Les perchoirs sont suffisamment éloignés des murs et du toit pour que les plus longues qu’eux ne frottent contre aucun obstacle. Prévoyez également des perchoirs intermédiaires entre le sommet et le sol pour que les races qui volent mal ou celles dont la vue est gênée par une huppe puissent accéder au sommet. Sous les perchoirs se trouve soit la litière du sol, soit une "planche à crottes" qui recueille les déjections et est facile à nettoyer.


La litière du poulailler est constituée de paille hachée ou de copeaux de bois résineux où les poux ne se logent pas. Il existe également l'Aubiose qui est un copeau de chanvre dépoussiéré particulièrement bien adapté à la morphologie des naines. Son coût est plus élevé que celui de la paille mais son très grand pouvoir absorbant permet d'espacer largement les nettoyages. La paille entière et longue est à déconseiller; les naines n'arrivent pas à la retourner et les fientes s'accumulent à la surface.


Dans le poulailler se trouvent également les pondoirs. Inutile de prévoir des appareils compliqués ou ruineux. De simples caisses d'emballages de légumes, faciles à trouver sur les marchés, permettent d'en fabriquer d'excellents et, le matériau étant gratuit, de les brûler et remplacer fréquemment ce qui constitue la meilleure des désinfections. Prévoyez qu'ils soient couverts sur le haut avec une entrée latérale ce qui évitera d'y voir tomber des crottes. Vous pouvez en prévoir plusieurs, en fonction du nombre de poules, mais celles ci sont fort capricieuses en ce qui concerne leur choix et décident souvent de pondre toutes dans le même. Ces pondoirs sont accrochés au mur ou posés sur des supports. Il est à éviter de les disposer à même le sol; d'une part les poules, en grattant, peuvent y projeter de la litière, d'autre part cela vous permet de faire varier la hauteur de la litière sans avoir à déplacer les pondoirs.


Certains bricoleurs s'amusent à décorer avec soin le poulailler et le résultat est souvent du meilleur effet. N'oubliez cependant pas que tout ce qui est compliqué de forme est difficile à nettoyer et que les parasites se glissent dans les recoins et sous les moulures.


L'enclos fermé et couvert qui prolonge le poulailler sera de dimensions variables en fonction des possibilités de l'éleveur mais aussi en fonction de la race qui y sera installée. J'ai déjà dit que quatre mètres carrés suffisaient pour un parquet de reproducteurs. Évitez cependant d'enfermer aussi étroitement des races très dynamiques comme des Leghorns, des Braeckels ou même des Ardennaises qui grattent beaucoup le sol et transformeraient rapidement un enclos trop petit en champ de bataille.


Cet enclos est de préférence entièrement couvert ce qui évite au sol d'être détrempé par les précipitations. Il est entièrement clos de grillage suffisamment fin pour éviter le passage des moineaux, gros consommateurs de nourriture et vecteurs de maladies. Le grillage est à fixer solidement pour ne pas risquer d'être déplacé par d'éventuels prédateurs tels que chats, fouines ou. même renards.


Le sol  de cet enclos peut être cimenté ou naturel; dans ce dernier cas enfoncez suffisamment soit une bordure, soit la clôture elle même, toujours pour éviter les intrusions de prédateurs. Terre ou ciment doivent être recouverts soit d'une litière soit d'une épaisse couche de sable bien sec, facile à nettoyer en surface par ratissage.


Cet enclos est l'espacé de vie essentiel et habituel des poules naines et le refuge où elles resteront enfermées par temps maussade.


L'enclos peut être prolongé par un parc de promenade aussi grand que le permet le terrain disponible. Veillez à ce que les poules regagnent chaque soir l'enclos où elles sont en sécurité; certaines n'hésiteraient pas à dormir en plein air dans des arbres... mais à leurs risques et périls. En outre certaines races vives prendraient des habitudes vagabondes n'hésitant pas à aller pondre et couver dans les endroits les plus inattendus et parfois fort éloignés.


Si ce parc de promenade est de dimensions restreinte, les poules peuvent y détruire toute végétation. N'hésitez pas à leur en interdire l'accès pendant un temps suffisant pour que la végétation se reconstitue, cela ne pourra que leur être bénéfique.


L'entretien des installations doit être régulier pour éviter un encrassement en profondeur. Pour le poulailler et l'enclos, un entretien par semaine est raisonnable. Enlever les amas d'excréments, ratissez le sol, remuez la litière. Quatre fois par an procédez à une désinfection avec un produit adéquat; le très classique crésyl, bon marché, convient très bien. Aussitôt après appliquez un produit contre les poux, soit liquide à pulvériser, soit en poudre. Les parties en bois peuvent être passées au carbonyle qui entretient le matériau et dissuade les parasites. Aérez largement pour que les volailles ne soient pas indisposées par son odeur persistante mais il est sans danger pour elles tant que vous n'en projetez pas dans leur boisson. Le parcours demande également en entretien périodique sauf s'il est immense. Vous pouvez le bêcher une fois par an pour enfouir l'excédent de fientes et en profiter pour le réensemencer s'il a trop souffert de la présence des poules. Il est également recommandé de le désinfecter pour détruire coccidies et oeufs de vers parasites. Un arrosage avec du sulfate de fer dissout dans l'eau (100 grammes pour dix litres d'eau) convient parfaitement.