Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

La mue

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Le corps du pigeon  est couvert de plusieurs sortes de plumes


     le duvet,

     les tectrices ou plumes de couverture


 Il y en a de toutes formes,


     les pennes des ailes (rémiges), de la queue (rectrices),

     les filo-plumes qui ont - l'aspect de fins cheveux.


Toutes ces plumes sont remplacées successivement un plusieurs mois (rémiges et rectrices) ou presque simultanément (tectrices). C'est la mue. La mue n'est pas particulière aux oiseaux , elle affecte aussi d'autres espèces : mammifères reptiles, etc.


La mue doit retenir toute l'attention de l'éleveur. Bien qu'étant  un phénomène  naturel, non consécutif à un état pathologique, elle éprouve beaucoup les oiseaux surtout  s'ils sont malades ou mal nourris.


Chez les jeunes sujets normaux, en bonne santé, elle commence vers l'âge de six semaines. Leur plumage juvénile, assez terne, va être remplacé par un plumage d'une couleur plus accentuée, plus brillante, pour certains types de coloration, pour d'autres un peu différente.


Quelques exemples de couleurs de plumage avant et après la mue :


 - les pigeonneaux noirs ont souvent des plumes liserées (le bruit qui sont remplacées par (les plumes d'un noir intense,


 - le Bouvreuil Archangel acquiert son lustre vert après la première mue,


 - certains pigeons rouge cendré possédant  le gène (Spread)  ont un manteau gris cendre avec un liseré rouge qui disparaît presque entièrement après la mue,


 - le maillage de certaines races (Cauchois,  Lynx de Pologne, etc.) est souvent assez différent après la première  mue,


- les Pigeons multicolores (Magnani) sont de plus en plus pigmentés après chaque mue, il en est de même pour les mâles Texans autosexables,


 - les pigeons à manteau blanc ont leur plumage Juvénile généralement coloré, les Carneaux épaulettes et croupion blanc sont entièrement colorés avant leur première mue,


-sous l'influence de gènes non identifiés,  à ma connaissance, certains Carneaux ont, dans leur plumage juvénile des rangées clé plumes décolorées sur le bouclier, mais à l'inverse des précédents, ils deviennent entièrement colorés après la première mue.


- les pigeons rouge cendré porteurs de bleu ont des taches noires qui peuvent augmenter en nombre et surface à chaque mue,


- chez les pigeons blancs aux yeux orange ou perlés, on petit faire les constatations suivantes : certains d'entre eux sont tout blancs à un mois et le restent (Culbutant de Cologne) ; d'autres ont un peu de rouge au cou, et deviennent blancs ensuite.


La mue n'a pas fait l'objet d'études approfondies mais on pense qu'elle est liée aux sécrétions hormonales. La température a également une influence sur la mue qui est plus rapide chez les pigeons nés de mars à mai, bénéficiant de la chaleur de l'été ; leur mue se termine vers l'âge de six à sept mois. Ceux qui naissent en automne commencent leur mue avant les premiers froids , celle-ci est ralentie ou stoppée jusqu'à l'année suivante. Les sujets nés très tôt (janvier) font deux mues dans l'année : celle de leur plumage juvénile et une mue partielle en automne qui laisse souvent des marques d'une couleur un peu différente nuisant à l'homogénéité de l'ensemble.


Les pennes sont remplacées suivant un certain ordre qu'il est bon de connaître ; le nombre de rémiges ou de rectrices renouvelées permet d'évaluer l'âge approximatif en mois de l'oiseau de moins d'un an n'ayant pas eu d'accident de parcours tel que maladie ou blessure.


Les renseignements suivants sont extraits de l'ouvrage de Levi, « The Pigeon ». La mue de trois  jeunes  pigeons fut suivie de très près pendant six mois. Rémiges et rectrices furent numérotées et l'âge en jours du pigeon au moment de la chute de chaque penne fut enregistré. On en tira les conclusions suivantes :


La première rémige primaire (celle qui est au milieu de l'aile) des trois sujets tomba alors qu'ils avaient de six à sept semaines.


Chez deux des trois sujets, toutes les rémiges suivantes furent remplacés successivement jusqu'à ce qu'ils aient ateint l'âge de six mois environ. Le troisième pigeon eut une patte cassée à trois mois et demi ; sa mue subit un retard considérable, il avait plus de sept mois lorsque sa dixième rémige repoussa. Au cours de ce test, on a constaté que les deux rémiges symétriques (une de chaque aile) sont tombées le même jour ou a un jour d'intervalle.


Il s'est écoulé généralement de deux à trois semaines entre la chute de deux rémiges consécutives, et quelquefois beaucoup moins.


Les rémiges secondaires ne tombent pas dans le même ordre que les rémiges primaires. On remarque souvent que c'est la sixième qui tombe d'abord; elle fait d'ailleurs partie d'un ensemble de plumes couvrant le dos de l'oiseau dont la mue est très précoce.


C'est ensuite la rémige secondaire n°1 qui tombe, puis viennent les n°9 et 2, 3 et 8 et ainsi de suite, successivement jusqu'au n°6. L'ordre est parfois un peu différent mais il est clair qu'il n'est pas identique à celui des rémiges primaires.


Les rectrices aussi sont remplacées suivant un certain ordre qui est quelque peu variable suivant les sujets. Ce sont souvent les rectrices n°5 qui tombent les premières suivies de près par les n°6 ; viennent ensuite les n° 1 puis 4, 3, 2, la mue complète se terminant à peu près en même temps que celle des rémiges.


Quant aux tectrices, Levi a noté l'ordre de chute suivant : une rangée de petites plumes sur le bouclier tombe alors que le pigeon a  peu moins de deux mois. Les plumes du bas de la poitrine tombent avant celles de la gorge, la mue progresse de bas en haut.


Lévi a soin de préciser qu'il n'a pas essayé de décrire la mue dans d'autres conditions que celles de son élevage. Il faut cependant reconnaître qu'il y a beaucoup de points communs entre ses observations et celles que nous faisons dans notre pays. Dans quelques cas, sans qu'il soit possible d'identifier la cause, l'ordre de mue est différent. Par exemple, chez un Mondain, j'ai noté l'ordre suivant pour les rectrices : 4, 5, 1, 6 au  lieu de 5, 6, 1, 4 comme ci dessus.


Parfois deux ou plusieurs rémiges primaires tombent en même temps, ce qui déséquilibre le vol, ou alors, ce sont les rectrices à l'exception d'une ou deux.


La mue des adultes est un phénomène saisonnier. La première rémige primaire des adultes accouplés tombe vers le mois de mars. Certains auteurs pensent que l'élevage précoce hâte la mue de la première rémige.


Cependant, on constate que, quelle qu'ait  été leur activité, accouplés ou non, les pigeons terminent la mue de leurs rémiges primaires vers le mois de novembre. Ils perdent des petites plumes duveteuses tout au long de ]'année mais la mue de l'ensemble des tectrices a lieu vers la fin de l'été, de juillet a octobre. Elle est brutale chez certains sujets ou, au contraire, s'étage sur plusieurs semaines chez d'autres.


Le froid a une grande influence sur la mue. Les sujets nés en automne commencent leur mue normalement puis, dès les premiers froids, la mue des pennes s'arrête jusqu'au printemps suivant ; en mars, elle ne reprendra pas là où elle en était restée ; il est fréquent de voir, la première rémige primaire tomber  à nouveau, puis la deuxième alors que les quatre ou cinq dernières n'ont encore jamais été remplacées, et ne le seront qu'à la fin de l'année.


Chez les races où la couleur a de l'importance, ces rémiges primaires et secondaires claires barrent l'accès aux hautes récompenses en exposition, pendant toute l'année.


Le déroulement de la mue et l'état du plumage ensuite, renseignent sur la santé de l'oiseau. On constate un retard important du début de la mue chez les pigeonneaux malades ou mal nourris par leurs parents, de même que chez, les sujets ayant été victimes d'un accident.


Une maladie survenant au cours de la mue peut arrêter la croissance des plumes. Après la guérison, les plumes touchées par un arrêt de croissance restent marquées d'une rayure transversale. Certaines plumes de mauvaise qualité semblent déchiquetées sans que des parasites externes soient en cause. Il y a des zones de plumage et des couleurs qui sont plus affectées que d'autres par une mue faite dans de mauvaises conditions : par exemple la barre de la queue peut être beaucoup plus claire, à peine marquée. Chez le même sujet il peut y avoir des rectrices normales, poussées avant la maladie et des rectrices décolorées.


Il est impératif de fournir aux pigeons une alimentation bien équilibrée, riche en protéines, pendant la mue. Parmi les acides aminés fournis par les protéines, trois sont essentiels : la lysine, la méthionine et la cystine  ; ces deux derniers contenant du soufre sont indispensables,  à la constitution des plumes. La mue survenant en même temps que l'élevage d'une nichée éprouve d'autant  plus les organismes ; une ration alimentaire riche en légumineuses (25 % d'après Lévi) de bonne qualité doit alors faire face aux besoins accrus des pigeons. On a constaté que des pigeons nourris en libre service consomment davantage de légumineuses pendant leur mue.


Les premières expositions d'automne montrent des pigeons en mue, souvent peu présentables. C'est dommage pour des sujets de valeur. Pour résoudre ce problème, on peut essayer de provoquer la mue plus tôt.


Dans certains élevages de rapport, on laisse les pigeons sans nourriture pendant plusieurs jours, sacrifiant ainsi les couvées en cours, pour provoquer une mue hâtive afin que les pigeons puissent produire en hiver des pigeonneaux plus chers. On peut se demander si c'est rentable, car ces pigeons marquent ensuite un temps d'arrêt de production au début de l'année suivante.


Sauf dans certains cas exceptionnels, l'éleveur amateur a intérêt à laisser agir la nature. Son rôle consiste à surveiller de très près la santé des pigeons adultes à l'époque de la mue surtout, des jeunes pendant leur premier age et à leur distribuer une nourriture bien équilibrée.