Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Le produit miracle

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Le souper annuel

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

D'excellente réputation à l'étranger notre colombophilie compte actuellement 57000 adeptes en Flandres et 13.000 adeptes en Wallonie. De toute catégorie sociale, de toute profession (même pharmacien) de tout âge et sexe, le même enthousiasme les unit. Certains en sont même venus à faire de cette passion très exigeante en temps et discipline une profession mais les adeptes, même fanatiques, restent majoritairement des amateurs. En matière de soins, le passage régulier chez le vétérinaire est devenu la norme. Toutefois, la pratique colombophile s'enorgueillit encore d'un certain mystère : lignée de pigeon, pigeonnier, méthodes d’entraînement, aliments, vitamines, électrolytes, sels de bains etc.. ; chacun possède sa propre technique.


Celle-ci reste un secret farouchement gardé et si un succès la couronne, fameusement enviée et même espionnée. C' est pourquoi le colombophile (wallon ou flamand) se méfie de tout le monde, y compris de son vétérinaire (souvent lui même colombophile) au point qu'il n'hésite pas, secret oblige, à aller le chercher dans l'autre moitié linguistique du pays. idem pour son pharmacien. S'il vous achète un produit, peut-être est-ce plus pour le laisser négligemment traîner sur une étagère afin d'induire en erreur le voisin colombophile surgi d'on ne sait où et qui "passait justement", que pour l'utiliser. Tout ce jeu, ces codes, ces rites, assortis du plaisir et de la magie des oiseaux font du sport colombophile un hobby très complet et passionnant :contacts sociaux, challenge, réalisation, investissement émotionnel. Malheureusement ici comme partout, pour gagner en concours, certains se sont cru tout permis anabolisant,  et corticostéroïdes ont dû être contrôlés sur  les  gagnants. Trop facile, on dope un jeune, ise fait une réputation, est revendu à prix d'or et peu importe son devenir, le bénéfice est fait. Un bon pigeon peut atteindre un prix de l'ordre de plusieurs millions de francs belges, faisant oublier à certains leur sens du fair-play purement sportif...

Le pigeon


Le pigeon de concours est un athlète. Son entraînement débute vers 2-3 mois par des lâchés à distances croissantes. Une fois en couple, sa motivation à rejoindre le pigeonnier ne fait que grandir. Il concourt jusqu'à l'âge de 6 ans.


La période de reproduction a été avancée par des techniques de modification de l'éclairage de sorte que les pigeonneaux naissent tôt dans l'année et soient ainsi les plus âgés de leur catégorie en course. Toutefois, les éclosions hivernales débouchent sur de plus fortes mortalités néonatales qui ont pour effet de contrecarrer la tendance à un accouplement trop précoce.

Les concours


Mâles et femelles concourent, dans des classes à part. On distingue 3 catégories :la vitesse (jusqu'à 250 km), le demi-fond (5~0 km) et le fond (700 km) et le très grand fond (1.150 km). Pour la première catégorie, la saison commence tôt et finit tard. Certains acharnés concourent même par temps de neige. Pour les autres, la saison s'étend de mars à septembre octobre.

La gestion médicale


De nombreux parasites tels les coccidies les trichomonas, les vers intestinaux les parasites externes sont des facteurs favorisant l'installation d'autres pathologies bactériennes ou virales aiguës ou récurrentes telles la salmonellose, le coryza, staphylococcose, steptococcose, colobacillose, klebsiellose, pasteurellose, r coplasmes. Dans le but d'obtenir des résultats Optimaux, le pigeonnier devrait être vierge de ces maladies "de fond" avant concours et vu la facilité d'une contamination extérieure (promiscuité lors du transport pendant les concours) et visites impondérables d'un pigeon étranger égaré, il faudra retraiter en cours de saison idéalement, après diagnostic microscopique que des fientes ou de la salive par un ,vétérinaire compétent. Les pigeonniers anormalement infectés par différentes affections témoignent généralement d'un défaut de management que ce dernier repérera rapidement (ventilation déficiente ou mal répartie, luminosité, température, orientation, manque d'hygiène ou d'entretien, carce alimentaire, traitements mal appliqués Les pigeons devraient voir le vétérinaire au mois 3 à 4 fois par an : avant la saison, avant l'accouplement et pendant l’élevage des jeunes.

Minéraux, électrolytes et hépatoprotecteurs


Dans toutes les infections qui menacent le pigeon, la notion de terrain organique jour un rôle important. Ceci justifie les cures polyvitaminées préventives. La coccidiose et les vers intestinaux sont responsables d'une déminéralisation qui doit être compensée par un complément riche en minéraux. La vitamine A, protège les épithélia ; D3 intervient dans l'équilibre phosphocalcique ; E est antioxydante (contractilité musculaire) ; B1, 2, 3, PP12 interviennent au niveau du système nerveux central et dans le stockage des sucres, la vitamine C aide à l'utilisation des sucres énergétiques. Les besoins en aspartate, en phosphore, magnésium et potassium lors de l'effort sont également accrus. En revanche, il faudrait observer une pause dans l'administration vitaminée pendant la période de repos. Les produits les plus concentrés ne sont pas forcément les plus utiles : l'absorption est en effet limitée .Des hypervitaminoses A, D et B6 ont été observées, provoquées par l'administration de comprimés vitaminés à usage hmain. Les compléments vitaminés foisonnent sur le marché, toutes les firmes de médicaments ou d’aliments pour pigeons en proposent. Les électrolytes Electrhydral (Vétoquinol) trouvent leur application dans la récupération de l’équilibre hydrique au retour d'un concours. Les hépatoprotecteurs améliorent le métabolisme et la digestion.

Les vaccins Paramyxovirose et variole.


La paramyxovirose ou maladie de Newcastle est une maladie virale provoquée par le virus PMVI pouvant revêtir différentes formes selon la virulence de la souche :elle peut être viscérotrope (diarrhée), pneumotrope (troubles respiratoires) et neurotrope (torticolis). On observe aussi une anomalie de la croissance des plumes pendant la mue. Si l'issue n'est pas fatale, la convalescence est très longue. Colombovac . (Solvay) : vaccin inactivé 1 seule injection - rappel annuel. Newcavac. . vaccin vivant - souche de faible virulence - 2 injections - effets secondaires plus importants rappel annuel.


La .variole : Poxvirus se transmettant par contact direct ou via les poux. Encore appelée "maladie des poquettes" car elle se caractérise par l'apparition de productions verruqueuses typiques au niveau de la face. Ovoperistin" . vaccin vivant atténué - dans l'eau de boisson.

Conclusion


Le produit miracle n'existe pas et le billet gagnant combine un pigeon d'une bonne lignée, un colombophile responsable et discipliné qui utilise de façon intelligente les différents produits à sa disposition et gère intelligemment un pigeonnier bien situé. Très simple en somme ...