Club Des Éleveurs De Races Belges Ronquières

Copyright © Christian Delsanne pour CERB Club Des Éleveurs de Races Belges Ronquières Belgique

Le coup du lapin

Le site du CERB a été créé en 1996.

Mises à jour en 2000, 2004, 2006, 2008 , 2010 et 2016



Souper annuel

4 Mars  2017

Expo 2017

30 septembre et 1er octobre  2017

Le plan incliné

Bienvenue sur le site du CERB consacré exclusivement au petit élevage d'animaux de basse cour de races Belges

Informer | Inspirer

Les essais nucléaires français ne sont pas les seuls à donner la migraine aux Australiens. Depuis un siècle, leur écosystème connaît une autre menace: les lapins. Ces rongeurs sont responsables de 100 millions de dollars de pertes pour l’agriculture. En mars 1995 des chercheurs australiens de l’Organisation scientifique et industrielle de recherche du Commonwealth ( CSIRO) leur ont inoculé un virus mortel, le VHD ( Viral Hemmoragic Disease), une forme d’hépatite virale . Avec force précautions.

L’expérience s’est déroulée dans une zone de quarantaine, sur une petite île isolée au sud du pays. La venue de l’été austral ( En octobre) a allumé le feu viral, décimant 80 pour-cent des intrus en quelques mois.

Mais l’expérience a mal tourné.

On a commencé par trouver des cadavres de lapins à l’extérieur des enclos de quarantaine, puis sur l'îlot tout entier et même sur le continent.

Les chercheurs avaient oublié un détail: les mouches! En effet, l’arrivée de l’été coïncide avec l’arrivée des Bushflies  ( mouches de la brousse) qui ont propagé le VHD.

Evadé de l’île, le virus a franchi les cinq kilomètres de mer qui séparent cet Alcatraz pour lapins du continent australien.

Malgré les mesures d’éradication aussitôt déclenchées, il n’est pas sûr que le VHD puisse être maîtrisé.

Parti de Chine en 1984, il n’a mis que quatre ans pour traverser les océans et atteindre l’Europe. Il est à craindre qu’il ne se propage comme une traînée de poudre et ne contamine des dizaines de millions de lapins dans un proche avenir.

Cette histoire rappelle étrangement l’épisode de la myxomatose, introduite en Australie dans les années cinquante. A une différence près: le virus de cette maladie, moins virulent, ne fit office de régulateur que pendant trois ans, alors qu’en Europe il sévit encore. Les lapins développèrent une immunité au virus et continuèrent à se reproduire à un rythme aussi effrayant que soutenu. En effet, chaque couple peut avoir jusqu’à deux milles descendants au terme d’une année à peine.